05/10/2020 16:35
Nouveau tour de vis dans la capitale : face à la progression de l'épidémie du COVID-19, Matignon a annoncé dimanche soir 4 octobre que Paris passait en "zone d'alerte maximale", synonyme de nouvelles restrictions. Mais les restaurants pourront rester ouverts avec un protocole sanitaire renforcé.
>>Le créateur japonais Kenzo meurt des suites du COVID-19
>>Coronavirus : plus de 100.000 morts en Inde, Trump se veut rassurant

Dans une rue de Paris, le 3 octobre.
Photo : AFP/VNA/CVN

La fermeture, à partir de mardi 6 octobre et pour deux semaines, des bars et cafés paraît acquise. Dès dimanche soir 4 octobre, l'Union des métiers des industries de l'hôtellerie (Umih) s'est dite auprès de l'AFP "extrêmement alarmée" de ce nouveau coup dur pour un secteur déjà durement éprouvé par la crise sanitaire.

Les nouvelles "mesures contraignantes", qui concernent Paris mais aussi les trois départements de la petite couronne, entreront en vigueur mardi 6 octobre et seront détaillées lundi 5 octobre lors d'une conférence de presse à 11h30 par la maire de Paris, Anne Hidalgo, et le préfet de police Didier Lallement.

Elles dureront au moins 15 jours et devraient notamment entraîner la fermeture des bars et cafés. Franck Delvau, le président de l'Union des métiers des industries de l'hôtellerie (Umih) de Paris Ile-de-France, s'est dit auprès de l'AFP "extrêmement alarmé pour les bars qui vont être fermés pendant deux semaines".

Les restaurants en revanche pourront rester ouverts, à Paris mais aussi partout en France, y compris à Aix-Marseille où ils avaient dû baisser le rideau il y a une semaine. Le gouvernement suit en effet l'avis du Haut Conseil de santé publique qui a validé dimanche 4 octobre le protocole sanitaire renforcé proposé par les professionnels du secteur et qui sera applicable dans les zones d'alerte maximale ainsi que dans les zones d'alerte renforcée.

Là-aussi, les modalités de ce protocole seront détaillées lundi 5 octobre par les ministres compétents. Selon l'Umih des Bouches-du-Rhône, les restaurateurs devront notamment recenser leurs clients pour les contacter après coup en cas de besoin, garder 1,5 mètre entre chaque table et rendre obligatoire le paiement à table, mais aussi fermer leurs établissements à 22h.

"L'arrêté préfectoral, qui formalisera cette décision, est attendu avec impatience mais il s'agit d'ores et déjà d'une très belle victoire pour l'ensemble de la profession", s'est félicitée Martine Vassal, présidente de la Métropole Aix-Marseille-Provence.

Amphis bondés 

Matignon a également annoncé que les salles ou amphithéâtres des universités ne pourraient, à partir de mardi 6 octobre, être remplis qu'à 50% de leur capacité au maximum en zones d'alerte renforcée et maximale. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal avait déclaré avoir été "choqué" par les images d'amphis bondés. Anne Hidalgo a fait état dimanche 4 octobre d'une situation "catastrophique dans les facs".

Enfin, et toujours pour faire face à un regain de circulation du COVID-19, le télétravail est "plus que jamais" privilégié dans ces mêmes zones, a rappelé le gouvernement.

La ministre de la Culture elle-même, Roselyne Bachelot, se mettra à l'isolement pendant sept jours. Elle a été considérée comme "cas contact" COVID. Elle a partagé un repas vendredi soir 2 octobre avec une personne "diagnostiquée dimanche 4 octobre COVID positif",

Cette batterie de nouvelles mesures répond à une dégradation de la situation sanitaire dans la capitale. Paris "a franchi, depuis plusieurs jours, les trois seuils qui correspondent à la zone d'alerte maximale et cette tendance s'est confirmée pendant le week-end", a rappelé Matignon.

Terrasse de restaurant à Paris le 15 juin.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le taux d'incidence dépassait ainsi toujours la barre des 250 pour 100.000 habitants à Paris et le seuil critique des 100 chez les plus de 65 ans. Quant au taux d'occupation des lits en réanimation pour les patients atteints de COVID-19, il s'élevait lui aussi au-dessus du seuil d'alerte maximale de 30% en Île-de-France, selon les chiffres de l'Agence régionale de santé (ARS).

"Les chiffres sont là, ils pèsent lourd", a commenté Aurélien Rousseau, directeur général de l'ARS d'Île-de-France, dimanche 4 octobre.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, qui s'est entretenu tout au long de la journée avec le Premier ministre Jean Castex, a reconnu que la situation sanitaire était "très grave" dans la capitale.

Difficile 

Concernant les bars, les élus parisiens avaient indiqué qu'ils se plieraient à toute décision de fermeture, ce qui semble exclure un vent de fronde comme celui qui avait soufflé à Marseille la semaine dernière.

À terme, "on ne peut pas être dans un stop and go permanent", a cependant souligné Anne Hidalgo, qui mise sur des mesures sanitaires renforcées dans les établissements, y compris les cafés.

Dès jeudi 1er octobre, le ministre de la Santé, Olivier Véran, avait déclaré que si l'aggravation devait se confirmer, "nous n'aurions pas d'autre choix que de placer Paris et la petite couronne en alerte maximale et ce dès lundi 5 octobre", avant d'en décliner les conséquences : "plus de fêtes de famille, plus de soirées et la fermeture totale des bars".

Si Paris a rejoint dimanche soir Marseille et la Guadeloupe, d'autres grandes villes, comme Lille, Lyon, Grenoble, Toulouse et Saint-Étienne pourraient également basculer prochainement en zone alerte rouge.

Pour le secteur de la restauration, ces nouvelles restrictions constituent, en dépit de la réouverture des restaurants à Marseille, un énième coup dur.

Selon la principale organisation patronale, l'Umih, environ 15% des 220.000 entreprises du secteur - cafés, bars, hôtels, restaurants, brasseries, discothèques - pourraient mettre la clé sous la porte dans les mois à venir en France, et 220 à 250.000 salariés se retrouver au chômage.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
«Bún Ốc Bà ngoại» transmet les valeurs de la cuisine vietnamienne

Hang Kia - Pà Cò, une destination touristique en plein essor Situées dans le Nord-Ouest à une altitude de 1.200 à 1.500 m au-dessus du niveau de la mer, les communes de Hang Kia et Pà Cò de la province de Hoà Binh bénéficient d’un climat agréable toute l’année, d’une nature généreuse et abritent une importante communauté H'mông.