17/02/2017 17:40
Un attentat-suicide revendiqué par le groupe État Islamique a fait au moins 70 morts jeudi soir 16 février dans un sanctuaire soufi du sud du Pakistan, choquant le pays après une série d'autres attaques en début de semaine.

>>Pakistan : au moins 13 morts et 82 blessés dans un attentat à Lahore
>>Afghanistan : six employés de la Croix-Rouge tués, deux disparus
 

Un Pakistanais blessé dans l'explosion du bombe à Sehwan au Pakistan, le 16 février. Photo : AFP/VNA/CVN


"Pour le moment, 70 personnes ont été tuées et plus de 150 blessées", a déclaré à l'AFP l'inspecteur général de la police de la province du Sindh, A.D. Khawaja, revoyant en nette hausse un précédent bilan de 35 morts.

"Beaucoup de blessés sont dans un état critique et seront transférés à Karachi" dès que des transports aériens auront été déployés sur la zone, a-t-il ajouté.

Des médecins et du personnel soignant ont également été dépêchés sur place dans des ambulances et l'état d'urgence a été déclaré dans les hôpitaux de Karachi, a indiqué le ministre provincial de la Santé, Sikandar Ali Mandro.

La déflagration s'est produite dans la ville de Sehwan, à environ 200 km au nord-est de la mégalopole portuaire du Sud, Karachi.

L’attentat a été commis par un kamikaze qui s’est introduit dans un sanctuaire dédié au saint soufi Lal Shahbaz Qalandar, qui a vécu au XIIIe siècle. Il s’est fait exploser parmi des dizaines de fidèles, a indiqué une source policière. Le site était bondé en ce jeudi soir 16 février, considéré comme un jour sacré pour la prière par cette communauté.

L'attentat a rapidement été revendiqué par le groupe jihadiste sunnite État islamique (EI) via son organe de propagande Amaq.

"Un kamikaze de l'EI a déclenché son gilet explosif contre un rassemblement de chiites au sanctuaire de Lal Shahbaz Qalandar dans la ville de Sehwan, province du Sindh", a affirmé Amaq.

 

Attaque au Pakistan. Photo : AFP/VNA/CVN

Le soufisme est une branche mystique de l'islam considérée comme hérétique par certains groupes islamistes radicaux.

Puissances hostiles

Le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif a condamné l'attaque dans un communiqué. "Un attentat contre l'un d'entre nous est un attentat contre nous tous", a-t-il lancé.

"Les derniers jours ont été difficiles et mon cœur est avec les victimes. Mais nous ne pouvons pas laisser ces événements nous diviser ou nous effrayer. (...) Nous avons affronté des circonstances plus difficiles et persévéré quand même. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour protéger ce pays", a-t-il ajouté.

Le puissant chef de l'armée, le général Qamer Javed Bajwa, a appelé au calme, assurant aux Pakistanais : "vos forces de sécurité ne laisseront pas des puissances hostiles l'emporter".

Le président pakistanais Mamnoon Hussain a pour sa part assuré que "les opérations contre les terroristes vont continuer dans tout le pays". "Nous ne laisserons pas des gens innocents à la merci des terroristes et vengerons chaque goutte de sang", a-t-il ajouté.


AFP/VNA/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vietnam - France: une coopération chaque jour plus florissante

Découvrir la nuit de Hanoï en bus à impériale à toit ouvert La Compagnie générale des transports de Hanoï (Transerco) lancera un bus de nuit à impériale à toit ouvert de 19h30 à 20h30 à partir du 1er août pour attirer plus de passagers.