16/02/2017 10:15
Marquant une rupture dans la politique américaine au Proche-Orient, Donald Trump a affirmé mercredi 15 février que la "solution à deux États" n'était pas la seule possible pour régler le conflit israélo-palestinien, assurant être ouvert à des alternatives si elles mènent à la paix.
>>Une solution à deux États est la seule manière de parvenir à une paix
>>Relance de la colonisation juive à Jérusalem-Est, Netanyahu invité à Washington

Le président américain Donald Trump, le 15 février à la Maison Blanche à Washington. Photo : AFP/VNA/CVN

En accueillant à Washington son "ami" le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le nouveau président a vanté les liens indestructibles des États-Unis avec Israël, tout en appelant l'État hébreu à "la retenue" sur la poursuite de la colonisation dans les Territoires palestiniens.

Lors d'une conférence de presse commune, M. Netanyahu, qui entretenait des relations exécrables avec Barack Obama, a loué le nouveau locataire républicain de la Maison Blanche, jugeant qu'il offrait "une occasion sans précédent" pour faire avancer la paix. "Il n'y a pas de meilleur soutien du peuple juif et de l'État juif que le président Donald Trump", a-t-il martelé.

Rompant avec un principe de référence défendu depuis des décennies par tous les présidents américains - démocrates comme républicains -, M. Trump a affirmé qu'il n'était pas arc-bouté sur la solution à deux États : un État de Palestine coexistant en paix avec Israël. "Je regarde deux États et un État et si Israël et les Palestiniens sont contents, je suis content avec la solution qu'ils préfèrent. Les deux me conviennent".
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vietnam - France: une coopération chaque jour plus florissante

Découvrir la nuit de Hanoï en bus à impériale à toit ouvert La Compagnie générale des transports de Hanoï (Transerco) lancera un bus de nuit à impériale à toit ouvert de 19h30 à 20h30 à partir du 1er août pour attirer plus de passagers.