03/06/2017 20:54
Le 16e Dialogue de Shangri-La s'est ouvert vendredi 2 juin à Singapour. Le Premier ministre australien Malcolm Turnbull a prononcé le discours d'ouverture de ce forum de sécurité important.
>>Patrouilles communes contre le terrorisme entre trois pays de l'ASEAN
>>Asie-Pacifique : le 16e Dialogue de Shangri-La s'ouvre sur fond de nombreux défis
>>Singapour renforce la sécurité pour le Dialogue de Shangri-La

Le Premier ministre australien Malcolm Turnbull prononce son discours, le 2 juin au 16e Dialogue de Shangri-la, à Singapour.

Photo : Reuters/VNA/CVN


Le Premier ministre australien a précisé que la région s'inquiétait du retrait des États-Unis de l'Accord de partenariat transpacifique (TPP) et de l'Accord de Paris sur les changements climatiques, ce qui implique que les États-Unis n'occuperont plus leur position dirigeante du monde.

Par ailleurs, il a appelé la Chine à faire preuve de davantage de responsabilité et à jouer un rôle primordial dans la maîtrise du programme nucléaire et des missiles de la République populaire démocratique de Corée.

Selon l’Institut international pour les études stratégiques (IISS), organisateur du Dialogue de Shangri-La, la 16e édition comprend cinq séances plénières : les États-Unis et la sécurité de l’Asie-Pacifique ; le maintien de l’ordre régional fondé sur les règles ; les nouveaux défis pour la gestion des crises en Asie-Pacifique ; trouver un terrain d’entente pour la sécurité régionale ; les menaces mondiales et la sécurité régionale.

Elle aborde en outre des questions liées aux dangers nucléaires en Asie-Pacifique, aux nouveaux modèles de coopération en matière de sécurité, aux effets des technologies émergentes sur la défense, aux mesures pratiques pour éviter les conflits en mer…

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Lâm Dông crée une percée dans son agritourisme Ces dernières années, l’agrotourisme a pris son envol dans la province de Lâm Dông, au Tây Nguyên (hauts plateaux du Centre). Un type de tourisme lié étroitement à l’agriculture high-tech.