06/06/2021 18:40
Dans le contexte des évolutions complexes de la pandémie de COVID-19 à l'échelle mondiale, la tendance à passer du commerce traditionnel au commerce sur des plates-formes numériques devient de plus en plus populaire et constitue une solution efficace pour aider les entreprises à élargir leurs marchés, à rechercher des modèles d'exportation plus flexibles et à optimiser leurs ressources.

>>Mettre les litchis de Bac Giang sur les plateformes d’e-commerce
>>E-commerce : le Vietnam est considéré comme un marché prometteur
 

Le litchi de Thanh Hà de la province de Hai Duong (Nord) est vendu sur le site d'e-commerce Lazada. Photo : VNE/CVN


Le commerce électronique transnational devient désormais un facteur essentiel et une tendance inévitable de l'économie mondiale, créant des opportunités pour les entreprises, dont les petites et moyennes entreprises, de promouvoir leurs exportations.

Ces derniers jours, le fait que le litchi de Thanh Hà de la province  septentrionale de Hai Duong ait été vendu sur un plate-forme d'e-commerce par un certain nombre d'entreprises a été continuellement rapporté par les médias.

À ce sujet, le vice-ministre de l'Industrie et du Commerce Dô Thang Hai a déclaré que ces derniers mois, son ministère s'est étroitement coordonné avec le Comité populaire et d'autres unités concernées de la province pour déployer de nombreuses activités visant à soutenir des entreprises agricoles et des ménages d'agriculteurs de Hai Duong dans les transactions en ligne avec environ 200 importateurs de nombreux marchés d'exportation importants.

Selon Dang Hoàng Hai, chef du Département de l'e-commerce et de l'économie numérique dudit ministère, le commerce électronique transnational crée des opportunités pour les entreprises d'augmenter leurs ventes, de rechercher des modèles commerciaux flexibles, de réduire les coûts et d'optimiser les ressources pour accéder à la chaîne d'approvisionnement mondiale.

Une enquête menée par le Département d'e-commerce et d'économie numérique montre que sur plus de 800 entreprises d'exportation interrogées, 70% sont des PME entreprises. Environ 54% des grandes entreprises ont déclaré posséder un site Web et des plates-formes de commerce électronique, alors que ce taux dans le groupe des PME n'est que de 36%.
 

Environ 54% des grandes entreprises ont déclaré posséder un site Web et des plates-formes de commerce électronique, selon une enquête menée par le Département d'e-commerce et d'économie numérique. Photo : CNTH/CVN


Selon Dang Hoàng Hai, le ministère de l'Industrie et du Commerce n'a pas l'ambition de créer un cadre juridique pour tous les types de marchandises et le commerce en général. Il commencera à créer un cadre juridique pour des produits spécifiques qui présentent un avantage, puis l'ajustera progressivement en fonction du marché.

Évaluant la tendance d'exportation transnationale des entreprises de Hanoï, Trân Thi Phuong Lan, directrice par intérim du Service municipal de l'Industrie et du Commerce de Hanoï, a déclaré que le Service organiserait un programme de promotion distincte pour les villages artisanaux de Hanoï afin de stimuler les exportations transnationales de produits artisanaux via le canal d'e-commerce électronique transnational Amazon.

Afin de créer des conditions favorables aux entreprises, selon le vice-ministre Dô Thang Hai, le ministère de l'Industrie et du Commerce continuera à élaborer des politiques sur le commerce électronique et sur la réforme administrative, tout en aidant les entreprises à participer activement à la chaîne d'approvisionnement. En outre, il se concentrera également sur le recrutement de ressources humaines spécialisées dans l'e-commerce ainsi que sur le consulting autour de la transformation numérique, pour un développement durable du commerce électronique transnational.


VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.