27/03/2019 08:47
Un laboratoire pharmaceutique Purdue et sa riche famille propriétaire, les Sackler, ont accepté de payer 270 millions de dollars pour mettre fin à une plainte de l'État de l'Oklahoma liée à la crise des opiacés, victoire majeure contre les industriels accusés d'avoir favorisé la dépendance aux drogues qui ravage les États-Unis.

>>Les autorités américaines renforcent la lutte contre la cigarette électronique
>>La production mondiale d'opium et cocaïne a explosé
 

Des comprimés d'OxyContin issus d'une cargaison saisie par la police anti-drogues en 2017. Photo: AFP/VNA/CVN


Le procureur général de l'Oklahoma du Midwest, qui a vu comme d'autres exploser le nombre d'overdoses mortelles aux opiacés ces dernières années, a annoncé mardi 26 mars ce paiement dans le cadre d'un accord à l'amiable passé avec Purdue Pharma, producteur de l'OxyContin, antidouleur au premier rang des accusés dans cette crise.

Ce sont les pratiques marketing des compagnies pharmaceutiques qui sont visées. En encourageant les médécins à prescrire, voire à surprescrire, ces analgésiques hautement addictifs, elles sont accusées d'avoir précipité des millions d'Américains dans l'addiction aux médicaments ou aux drogues dures ou de synthèse.

Les 270 millions de dollars serviront en grande partie à financer le centre de recherche sur les dépendances de l'Université publique de Tulsa: il va recevoir de Purdue 102,5 millions de dollars dès maintenant, plus 75 millions de dollars sur cinq ans de la famille Sackler, et 20 millions de dollars en médicaments destinés à traiter les personnes dépendantes, a annoncé le procureur Mike Hunter.

"C'est une victoire monumentale" dans la bataille contre la crise "cauchemardesque" des opiacés qui ravage les 
États-Unis, même si ce n'est qu'"un premier pas" pour y mettre fin, a-t-il ajouté.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le ravioli du village de Kênh, une saveur naturelle

Le delta du Mékong laboure le sillon de l’agrotourisme Depuis quelques années, de nouvelles formes de tourisme qui mettent un accent particulier sur le vécu authentique de la nature et de la culture s’implantent à leur rythme dans le delta du Mékong, grenier de riz du Vietnam. Les offres se sont multipliées autour du thème de l’agriculture mais cette dynamique est loin d’atteindre sa maturité.