16/02/2021 16:44
La No3 mondiale Naomi Osaka s'est qualifiée avec autorité pour les demi-finales de l'Open d'Australie aux dépens de la Taïwanaise Hsieh Su-Wei (71e) 6-2, 6-2 en à peine plus d'une heure, mardi 16 février à Melbourne.
>>Open d'Australie : Medvedev en quarts pour la première fois
>>Open d'Australie : retour sous la bulle

La Japonaise Naomi Osaka au service face à la Taïwanaise Hsieh Su-wei, durant leur quart de finale de l'Open d'Australie, le 16 février à Melbourne.
Photo : AFP/VNA/CVN

Pour une place en finale, la Japonaise, triple lauréate en Grand Chelem, affrontera soit la No2 mondiale Simona Halep, soit l'Américaine Serena Williams, opposées en soirée.

Jusque-là en Grand Chelem, Osaka (23 ans) s'est offert le trophée à chaque fois qu'elle a atteint les quarts de finale (US Open 2018 et 2020, et Open d'Australie 2019). Confirmera-t-elle la règle une fois de plus ?

Hsieh, elle, est devenue au cours de cette quinzaine australienne la joueuse la plus âgée de l'ère Open à s'inviter pour la toute première fois en quarts de finale en tournoi majeur, à 35 ans.

Quatre des cinq précédentes rencontres entre les deux joueuses s'étaient étirées sur trois sets. Mais cette fois, Osaka n'a pas laissé Hsieh lui donner le tournis avec son jeu si atypique tout en timing et variations.

Le premier set a néanmoins été plus disputé que la sévérité du score et la rapidité du match ne le laissent imaginer.

"Plus calme"

"Je suis vraiment contente de la manière dont j'ai joué aujourd'hui (mardi 16 février), se réjouit l'ex-No1 mondiale aujourd'hui No3. À chaque fois que j'avais joué contre elle, ça avait été une grosse bataille, et même si le score est ce qu'il est, en fait ça a été une autre bataille pour moi. Avec sa frappe, vous ne savez jamais quand elle va y aller."

C'est en se montrant intraitable sur les points importants (trois balles de break sauvées sur trois) et derrière sa première balle de service (92% des points gagnés) que la Japonaise a fait la différence.

Au tour précédent, Osaka était passée au bord de l'élimination, quand l'Espagnole Garbiñe Muguruza s'était procuré deux balles de match dans la troisième manche de leur duel de haut vol. Ce match est toutefois le seul qu'elle n'a pas survolé depuis le début du tournoi : au fil des quatre autres, elle n'a laissé échapper qu'à peine plus de quatre jeux en moyenne.

"Je dirais que ça me rend un peu plus calme de savoir que même quand je suis complètement dos au mur, j'ai encore eu des occasions", explique-t-elle.

Les deux derniers quarts de finale féminins sont programmés mercredi 17 février. L'un deux est 100% américain, entre Jennifer Brady (24e) et Jessica Pegula (61e). L'autre oppose la No1 mondiale Ash Barty à la Tchèque Karolina Muchova (27e).

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les feuilles de lotus, une source d’inspiration infinie pour un jeune peintre