05/02/2021 09:46
Le tennis a repris vendredi à Melbourne avec un programme très chargé et des formats adaptés pour rattraper le temps perdu à la suite d'un cas positif de COVID dans un hôtel, mais cette alerte a rappelé à quel point l'Open d'Australie ne tenait qu'à un fil.
>>Andre Agassi, nouveau coach de Novak Djokovic
>>Tennis : Serena Williams gagne et bénit le report de l'Open d'Australie
>>US Open : Serena Williams prend sa revanche sur Sakkari et passe en quarts

Open d'Australie.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le directeur de l'Open, l'Australien Greg Tiley, a annoncé que sur les 507 personnes qui devaient passer des tests, 495 avaient eu leurs résultats et qu'ils étaient tous négatifs. Seuls les résultats de 12 tests étaient encore attendus. "Pour le moment, tout le monde est négatif", a annoncé Tiley à la radio 3AW de Melbourne, se déclarant confiant que les spectateurs pourraient bien assister aux parties préliminaires cette semaine et à l'Open d'Australie qui doit débuter lundi.

"Les spectateurs seront toujours autorisés à être sur le site, et nous continuons à vendre des billets", a-t-il dit. "Le site sera un endroit extrêmement sûr", a promis Greg Tiley. "Il y a des contrôles, le traçage des contacts, la distanciation physique". Le jeu a donc repris, et les programmes concernant les six compétitions préparatoires à l'Open d'Australie sont publiés.

Tous les matches de simple des trois tournois WTA 500 sont écourtés par un super tie break en dix points gagnants dans l'éventuel 3e set. Côté messieurs, pas de changement de format annoncé, mais tous les 8es et quarts des deux tournois ATP 250 se joueront sur la seule journée de vendredi 5 février. Il n'y a pas de changement annoncé pour l'ATP Cup.

Tout ça parce qu'un demi-millier de personnes -joueurs et accrédités- ayant passé leur isolement dans l'hôtel Grand Hyatt dont un employé a été déclaré positif mercredi 3 février ont dû subir un nouveau test jeudi. Ils devaient ensuite s'isoler - de nouveau après une première quarantaine plus ou moins stricte de 14 jours à leur arrivée en Australie- dans une chambre d'hôtel dans l'attente de leur résultat. Certains se sont empressés de publier leur résultat négatif sur les réseaux sociaux.

"Libre"

"Après un résultat négatif, il est bon d'aller à la salle de gym", commente la Française Caroline Garcia avec une photo la montrant en train de soulever un haltère. "Négatif et de nouveau libre...", se félicite Fabio Fognini sur un selfie dans la rue. Aryna Sabalenka, elle, a diffusé une photo du message reçu sur son téléphone annonçant que "le virus COVID-19 n'avait PAS ETE DETECTE" lors de son test.

Selon l'ancien No1 mondial Jim Courrier, consultant pour Tennis Channel, ce nouvel épisode va encore plus entamer le mental des joueurs concernés. "Ils ont déjà dépensé beaucoup d'énergie psychique pour essayer de se mettre dans le bon état mental. Certains m'ont dit qu'il ne leur en restait pas beaucoup. Donc ça va être un test mental très dur", a-t-il souligné.

L'Américaine Serena Williams face à la Bulgare Tsvetana Pironkova au tournoi Yarra Valley Classic à Melbourne, le 3 février.
Photo : AFP/VNA/CVN

Benoît Paire, par exemple, a l'impression que le sort s'acharne sur lui, après avoir été consigné dans sa chambre pendant tout l'US Open en septembre dernier. Cette fois, dès son arrivée à Melbourne il a été mis à l'isolement strict sans autorisation de sortir pendant 14 jours pour avoir été cas contact dans l'avion.

"Comme par hasard un jour de plus d'isolement pour les joueurs qui étaient à l'Hyatt et à votre avis j'étais dans quel hôtel ????!!!!!!! #PASDECHATTE PS : ça devient compliqué de jouer au tennis… je vais éviter de dire ce que je pense du COVID car je vais en énerver beaucoup", a tweeté le Français jeudi 4 février.

Envie de jouer, volonté d'organiser. Mais le dernier mot reviendra aux autorités sanitaires de l'état de Victoria dont Melbourne est la capitale et qui se sont montrées extrêmement strictes pour maîtriser la pandémie.

"Excès de prudence"

Le ministre de la Santé de l'état, Martin Foley, a ainsi affirmé ne pas être "inquiet" pour les 520 personnes placées à l'isolement mercredi soir 3 février. "Mais parce qu'il vaut mieux un excès de prudence, nous voulons tout faire pour suivre et gérer quiconque peut avoir été en contact avec cette personne", a-t-il ajouté. L'Australie a repris une vie relativement normale, à l'exception de confinements ponctuels et localisés, au point d'être l'un des rares pays au monde qui peut se permettre d'autoriser du public aux événements sportifs.

Entre 25.000 et 30.000 spectateurs devraient d'ailleurs pouvoir assister aux rencontres de l'Open d'Australie. Mercredi soir 3 février, le Premier ministre de l'Etat de Victoria, Daniel Andrews, a jugé que le tournoi ne devrait pas être bouleversé. Mais le chef de l'opposition dans l'État, le conservateur Michael O'Brien, a demandé une décision sous 48 heures. Autour du Melbourne Park, les réactions étaient contrastées jeudi 4 février.

"Je suis tout simplement déçu par l'Open d'Australie qui a toujours été une histoire de gros sous, et pas de sécurité du public", a dénoncé John Reilly, un habitant du coin. Un autre, Greg Rodgers, lui, a cependant estimé que le tournoi marquerait "un retour à la normale".

AFP/VNA/CVN




 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Des maquettes miniatures reflètent les spécificités de la culture vietnamienne

Quang Ninh et Phuket discutent de la reprise du tourisme post-pandémique Une téléconférence s'est tenue le 22 septembre pour discuter de la coopération post-pandémique entre la province vietnamienne de Quang Ninh (Nord) et la ville thaïlandaise de Phuket, en particulier dans la réouverture des marchés touristiques.