20/07/2019 23:30
Les profits générés par les groupes criminels organisés en Asie du Sud-Est ont atteint un niveau sans précédent et même dangereux, selon un nouveau rapport publié le 18 juillet par l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC).
>>Débat public de l'ONU sur le lien entre le terrorisme international et le crime organisé
>>L'ONU souligne l'importance d'empêcher les déplacements des terroristes

Jeremy Douglas, représentant régional de l’ONUDC. Photo: CTV/CVN

Le rapport, intitulé "Transnational Organized Crime in Southeast Asia: Evolution, Growth and Impact" (Criminalité transnationale organisée en Asie du Sud-Est: Évolution, Croissance et Impact), est l'étude la plus complète sur le crime organisé dans la région réalisée par l'ONU depuis plus de cinq ans.

Le rapport indique que les grands groupes criminels organisés ont intensifié leurs activités et transféré leurs opérations dans des zones où la gouvernance est faible, en particulier dans les zones frontalières. La corruption et le blanchiment d’argent à travers les casinos sont des défis importants pour la région.

Les drogues synthétiques sont rapidement devenues l’activité illicite la plus rentable en Asie du Sud-Est, car les groupes criminels ont rénové leur modèle d’affaires et élargi le marché de la méthamphétamine, dont la valeur atteint désormais 61,4 milliards de dollars par an. Dans le même temps, le marché de l'héroïne s'est contracté et est maintenant évalué à 10,3 milliards de dollars par an.

Le rapport confirme également que les disparités économiques au sein de la région ont créé à la fois une demande et une offre de main-d'œuvre bon marché, entraînant la croissance de la traite humaine et du trafic de migrants.

La hausse des revenus est due également au commerce illégal d’espèces sauvages et du bois. La région est aussi une plaque tournante pour le commerce à forte rentabilité et à faible risque de produits de contrefaçon et de médicaments.

"L'Asie du Sud-Est est confrontée à un problème de criminalité organisée et il est temps de trouver des solutions pour corriger les conditions qui ont permis aux entreprises illicites de se développer, de se sécuriser et de coopérer le long des frontières", a déclaré Jeremy Douglas, représentant régional de l’ONUDC.
 
VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’empreinte de l’AUF en Asie-Pacifique après 25 ans

Le Vietnam accueillera 32 millions de touristes étrangers d’ici 2025 Le Vietnam accueillera 32 millions de touristes étrangers d’ici 2025 et ce nombre devrait atteindre 47 millions en 2030, soit une croissance annuelle de 9% à 11% durant cette période.