28/04/2020 15:27
L'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen, Martin Griffiths, a exprimé lundi 27 avril ses inquiétudes quant à la déclaration d'autonomie du Conseil de transition du Sud (CTS) dans la ville portuaire méridionale d'Aden.
>>Yémen : sept morts dans des inondations, craintes du coronavirus
>>Yémen : l'envoyé de l'ONU espère un accord sur un cessez-le-feu très bientôt

Des combattants yéménites à Medi (Yémen), le 22 avril 2019.
Photo : Xinhua/VNA/CVN

"Maintenant plus que jamais, tous les acteurs politiques doivent coopérer en toute bonne foi, s'abstenir de prendre des mesures susceptibles d'entraîner une escalade et faire passer les intérêts des Yéménites avant tout", a indiqué l'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen, Martin Griffiths, dans un communiqué.

Il a appelé à "accélérer la mise en œuvre de l'accord de Riyad, avec le soutien de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite". "L'accord de Riyad prévoit la participation du CTS aux consultations sur la solution politique finale pour mettre fin au conflit au Yémen et servir les intérêts des Yéménites dans tout le pays", a-t-il souligné.

Dimanche 26 avril, le CTS a déclaré l'établissement d'une administration autonome ainsi que l'état d'urgence à Aden et dans les provinces du Sud. La coalition dirigée par l'Arabie saoudite a appelé le CTS à revenir sur sa "décision d'escalade" et à respecter l'accord de Riyad.

Cet accord conclu entre le CTS et le gouvernement yéménite l'année dernière avait mis fin à des mois d'impasse entre les deux parties à Aden. Faisant originellement partie de la coalition militaire pan-arabe qui est intervenue au Yémen en mars 2015 pour rétablir le pouvoir du gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi, le CTS avait fini par se retourner contre le gouvernement yéménite en août 2019.

Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Le Vietnam accueille 3,73 millions de touristes étrangers en cinq mois Le nombre total de touristes étrangers venus au Vietnam entre janvier et mai a régressé de 48,8% par rapport à la même période de 2019, a fait savoir l’Office général des statistiques du Vietnam (GSO).