20/05/2022 18:23
Le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres a annoncé, jeudi 19 mai devant le Conseil de sécurité, la mobilisation de 30 millions d'USD pour répondre aux besoins urgents en matière de sécurité alimentaire et de nutrition au Niger, au Mali, au Tchad et au Burkina Faso.

>>Le chef de la FAO appelle le G7 à prendre des mesures pour faire face à la pénurie alimentaire
>>ONU : 1,39 milliard d’USD pour aider la Corne de l'Afrique à lutter contre la famine

La famine menace la vie des habitants dans certains pays africains.
Photo : AFP/VNA/CVN


S’exprimant lors d’un débat ouvert sur les conflits et la sécurité alimentaire, organisé par les États-Unis, qui assurent la présidence tournante de l’instance exécutive de l’ONU pour le mois de mai, M. Guterres a indiqué que cette aide, fournie par le Fonds central d’intervention d’urgence (CERF), porte à près de 95 millions d'USD les financements alloués à la région du Sahel depuis le début de l'année.

Le SG de l'ONU s’est, par ailleurs, dit "profondément préoccupé" par la situation de la sécurité alimentaire dans la Corne de l'Afrique, qui souffre de la plus longue sécheresse depuis quatre décennies.

"Plus de 18 millions de personnes sont touchées, et le Programme alimentaire mondial (PAM) prévient que des millions de personnes en Somalie risquent la famine d'ici quelques mois", a prévenu le SG de l’ONU lors de cette réunion présidée par le secrétaire d’État américain, Antony Blinken.

Il a, en outre, relevé que l'état "périlleux" de la sécurité alimentaire en Éthiopie et en Somalie "est aggravé par la poursuite du conflit et une profonde insécurité", notant que les tensions en Ukraine est venue ajouter une "nouvelle dimension effrayante à ce tableau de la faim dans le monde".

Dans ce cadre, M. Guterres a appelé tous les membres du Conseil de sécurité à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour faire taire les armes et promouvoir la paix partout dans le monde. Le débat public du Conseil de sécurité vise à identifier les moyens de briser le cycle de l'insécurité alimentaire provoquée par les conflits.

Il s’agit aussi d'examiner les moyens d'atténuer ces impacts, notamment en renforçant l'approvisionnement alimentaire mondial d'une manière compatible avec les obligations commerciales internationales, en promouvant le respect des obligations du droit international humanitaire et en mobilisant des ressources et une action collective pour améliorer la sécurité alimentaire et la résilience, en particulier dans les pays les moins avancés, selon une lettre de la présidence du Conseil de sécurité.

Mercredi 18 mai, les États-Unis ont organisé une réunion ministérielle sur la faim au siège des Nations unies à New York.

APS/VNA/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le lotus impérial cultivé dans la cour d’une maison centenaire à Hanoï

Dak Lak et Hanoï coopèrent dans le tourisme Un séminaire sur la coopération entre Hanoï et Dak Lak a eu lieu jeudi 11 août dans la ville de Buôn Ma Thuôt de la province des hauts plateaux du Centre.