23/08/2019 23:55
Le président français, Emmanuel Macron, reçoit vendredi 23 août le chef de la diplomatie iranienne, avant des discussions au sommet ce week-end avec Donald Trump, pour tenter de sauver l'accord sur le nucléaire iranien.
>>Nucléaire: l'Iran évoque des "points d'accord" avec Macron
>>Macron passe en revue
ses grands thèmes du G7


Le président français Emmanuel Macron s'adresse à la presse devant l'Élysée, le 22 août. Photo: AFP/VNA/CVN

La rencontre, prévue dans la matinée, va permettre de "proposer des choses" afin de tenter de ramener Téhéran au respect de l'accord, déjà fragilisé, a expliqué le chef de l'État, qui a aussi évoqué la question avec son homologue américain cette semaine lors d'un entretien téléphonique.

Ce dossier explosif, qui menace d'enflammer le Moyen-Orient, sera ensuite  sur la table des dirigeants du G7, le club des sept pays les plus industrialisés, qui s'ouvre samedi 24 août à Biarritz dans le Sud-Ouest de la France.

"On doit avoir une discussion au sommet sur comment on gère le dossier iranien, on a des vrais désaccords au sein du G7", souligne le président français.

"Le président Macron a contacté le président (iranien Hassan) Rohani avec diverses propositions et le président Rohani m'a chargé d'aller rencontrer le président Macron pour savoir si nous pourrons finaliser certaines de ces propositions afin de permettre à chacun de s'acquitter de ses obligations en vertu du JCPOA" (l'accord sur le nucléaire), a déclaré Mohammad Javad Zarif, en visite à Oslo.

"C'est l'occasion d'examiner la proposition du président Macron et de présenter le point de vue du président Rohani, et de voir si nous pouvons trouver un terrain d'entente. Nous avons déjà des points d'accord", a-t-il ajouté.
APS/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrir les secrets de fabrication des gâteaux de lune

Des évolutions sur la carte des voyages en Asie Beaucoup de touristes sud-coréens et chinois abandonnent de plus en plus leurs destinations préférées d'auparavant telles que le Japon et Hong Kong (Chine) pour se tourner vers les pays d'Asie du Sud-Est.