02/05/2018 08:19
Les Européens ont clairement signalé mardi 1er mai que la masse d'informations recueillies selon Israël par ses espions à Téhéran ne semblaient pas justifier une remise en cause de l'accord nucléaire conclu en 2015 avec l'Iran.
>>Israël dit avoir des preuves de la violation de l'accord nucléaire par l'Iran
>>Macron et Rohani conviennent de travailler sur la préservation de l'accord nucléaire
>>Les ministres russe et iranien des AE discutent de l'accord sur le nucléaire iranien

Description et chronologie des principaux points de l'accord de Vienne signé le 14 juillet 2015 concernant le nucléaire iranien. Photo: AFP/VNA/CVN

La France, le Royaume-Uni et l'Union européenne, tous partisans du maintien de cet accord historique, ont indiqué que les informations présentées lundi 30 avril par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pour dénoncer l'accord ne faisaient que conforter son bien-fondé.

M. Netanyahu a indiqué qu'il communiquerait les informations israéliennes à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et aux acteurs internationaux concernés. L'AIEA s'est dite prête à examiner toutes les informations pertinentes qui lui parviendraient.

En attendant, cette organisation a renvoyé aux conclusions contenues dans un de ses rapports de 2015 et selon lesquelles, contrairement à ce que dit M. Netanyahu, elle n'a "aucune indication crédible d'activités en Iran liées au développement d'un engin nucléaire après 2009". M. Netanyahu a défendu ses propos mardi 1er mai sur la chaîne américaine CNN: "Personne n'était mieux renseigné qu'Israël sur l'Iran". "Personne ne cherche" la confrontation armée avec l'Iran, a-t-il toutefois temporisé.

Le président américain Donald Trump, principal allié d'Israël, a donné aux Européens jusqu'au 12 mai pour trouver un nouveau texte qui remédierait aux "terribles lacunes" de l'accord 2015, faute de quoi les États-Unis s'en retireront. Mais à l'approche de cette échéance, la déclaration de M. Netanyahu ne semble guère avoir fait bouger les lignes.

Elle montre "vraiment que j'ai raison à 100%", a dit le président Trump, qui a déjà maintes fois promis de "déchirer" l'accord, censé garantir le caractère civil du nucléaire iranien. L'Iran, qui a toujours démenti chercher à se doter de l'arme nucléaire, a de son côté indi que M. Netanyahu était "un menteur invétéré".
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Phu Quôc a accueilli plus de 4,7 millions de visiteurs depuis 2015 Depuis 2015, le district insulaire de Phu Quôc (province de Kiên Giang, Sud) a reçu plus de 4,7 millions de visiteurs, dont 20,5% d’étrangers. Les recettes touristiques ont connu en moyenne une hausse annuelle de 42,5%.