05/09/2020 01:26
La Nouvelle-Zélande, qui semblait il y a quelques semaines avoir totalement maîtrisé l'épidémie de coronavirus, a enregistré vendredi 4 septembre son premier décès dû au COVID-19 en plus de trois mois, un homme âgé d'une cinquantaine d'années lié au foyer d'infection apparu mi-août à Auckland.
>>Coronavirus : le point sur la pandémie
>>Six millions de cas aux États-Unis, bonnes nouvelles en Océanie

Prélever l'échantillon pour le test de dépistage du COVID-19, le 12 août en Nouvelle-Zélande.
Photo : AFP/VNA/CVN

Depuis son apparition en Nouvelle-Zélande, le nouveau coronavirus a fait un total de 23 morts. La victime décédée vendredi 4 septembre dans un hôpital d'Auckland avait un lien avec un foyer épidémique apparu le 12 août au sein d'une famille de quatre personnes vivant dans cette ville, la deuxième plus grande du pays.

L'apparition de ce regroupement de cas avait mis fin à une série de 102 jours sans aucune contamination locale du coronavirus.

Depuis, il n'a pas cessé d'augmenter pour atteindre 152 personnes porteuses du coronavirus, dont trois nouveaux cas enregistrés vendredi 4 septembre.

"Je reconnais l'anxiété que peuvent éprouver les Néo-Zélandais à la suite de cette nouvelle", a déclaré vendredi 4 septembre dans un communiqué le directeur général de la santé, Ashley Bloomfield.

Le patient décédé vendredi 4 septembre, le premier depuis le 24 mai, serait la plus jeune victime du coronavirus dans cette nation du Pacifique. Les autorités sanitaires n'ont cependant pas précisé s'il souffrait de problèmes médicaux pré-existants.

"Nous avons toujours admis que d'autres décès liés au COVID-19 étaient possibles", a déclaré M. Bloomfield. "Les nouvelles d'aujourd'hui renforcent l'importance de notre vigilance vis-à-vis du COVID-19 et des très graves conséquences qu'il peut entraîner", a-t-il souligné.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les artistes conjuguent leurs efforts pour préserver le chant xâm