21/05/2021 10:01
"Nous rouvrons ce soir des choses qu'on avait peut-être un peu trop rapidement sacrifiées", a lancé Jean Castex en montant dans le train de nuit Paris - Nice, reparti jeudi 20 mai soir après plus de trois ans d'arrêt.
>>Au-delà de l'urgence, un plan de relance pour préparer la France de 2030
>>Le train de nuit revient en grâce

Le premier ministre Jean Castex (droite) et le Pdg de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, visitent le train de nuit Paris - Nice à la gare d'Austerlitz à Paris le 20 mai.
Photo ; AFP/VNA/CVN

Passionné de trains depuis les Toulouse - Paris nocturnes de sa jeunesse, le Premier ministre profite de cette inauguration pour se rendre à Nice en couchette.

Parti à l'heure de la gare d'Austerlitz à 20h52, le train doit arriver à 09h11 vendredi 21 mai sur la Côte d'Azur. Soit six heures de trajet de plus qu'en train à grande vitesse.

Avec cette échappée nocturne de 1.088 kilomètres dans son agenda, Jean Castex veut mettre en lumière une "concrétisation rapide du plan de relance" français, qui consacre 5,3 milliards au secteur ferroviaire, dont 100 millions pour les trains de nuit.

Le gouvernement veut aussi relancer le Paris - Tarbes et un Paris - Vienne à la fin de l'année.

"Ce premier train de nuit est un symbole fort, qui signifie la renaissance de ce mode de transport que certains jugeaient obsolète", a lancé le Pdg de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, avant de monter aussi dans le train.

Le train de nuit, "c'est aussi le retour de la +slow life+, on prend son temps et on retrouve le goût du voyage, c'est comme une petite croisière", alors que "la crise sanitaire a aussi accéléré la prise de conscience climatique", a poursuivi M. Farandou.

L'Intercités Paris - Nice, dont l'exploitation avait cessé en décembre 2017 faute de rentabilité, reliera tous les jours et dans les deux sens Paris - Austerlitz et Nice - Ville, avec six arrêts dont Marseille, Toulon et Cannes.

Train bleu 

Ce premier Paris - Nice affichait complet mais était loin d'être bondé : pour cause de pandémie, l'occupation des compartiments couchettes est limitée à quatre voyageurs au lieu de six en seconde classe. "En position +tête bêche+ afin de maximiser les distances entre les voyageurs", a précisé la SNCF.

Dans l'immédiat, le Paris - Nice repart avec sept des voitures qui vont normalement à Briançon (Hautes-Alpes), une liaison actuellement fermée pour travaux, et des voitures pour Modane.

S'ils ont été rafraîchis, les compartiments sont dans leur jus, avec des prises dans le couloir, et pas une barre de wifi.

"C'est exactement le même confort que quand je prenais le train dans les années 1970 pour aller à Berlin", lance Christiane Dupart, de la Fédération nationale de usagers des transports. Si elle se félicite de la reprise de ce trajet, qui représente un "autre art de voyager", elle souhaite aussi que la SNCF développe les Intercités de jour, pour relier les territoires.

Nicolas Forien et Alice Billon, du collectif "Oui au train de nuit", ne cachent pas leur plaisir. "C'est idéal pour voyager en Europe. Il y a beaucoup de jeunes motivés pour ne plus voyager en avion", soulignent les deux Marseillais.

Après l'arrêt fin 2017 du Paris - Nice, héritier du prestigieux "Train bleu" lancé en 1886, un appel à manifestation d'intérêt pour trouver un repreneur avait été lancé, en vain.

La liaison relancée pourrait être la première d'une nouvelle série de lignes nocturnes.

Emmanuel Macron avait provoqué la surprise en juillet 2020 en annonçant "une politique de promotion et de redynamisation des trains de nuit".

Le ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a désormais pour ambition d'avoir "une dizaine de trains de nuit en 2030".

Le collectif "Oui au train de nuit" mobilisé à la gare de Perpignan en novembre 2016.
Photo : AFP/VNA/CVN

Il n'y avait plus -hors arrêts liés à la pandémie ou à des travaux- que deux lignes de trains de nuit en France, de Paris à Briançon, et de Paris à Rodez, Cerbère et Latour-de-Carol (Pyrénées-Orientales). Les voitures de ces lignes rescapées doivent être entièrement rénovées d'ici 2023, pour 44 millions d'euros.

Comme l'Autriche 

Suivront peut-être un jour des liaisons nocturnes Dijon - Marseille, Bordeaux - Marseille, Paris - Toulouse et Tours - Lyon, selon une version d'un rapport gouvernemental qui a fuité mardi dans la lettre d'information Mobilettre.

Les rapporteurs prennent pour modèle la réussite de la compagnie autrichienne ÖBB avec la constitution d'un véritable réseau (Vienne-Amsterdam ou Munich-Rome, entre autres).

Ce rapport sur "le développement de nouvelles lignes de trains d'équilibre du territoire" a été transmis au Parlement, a annoncé jeudi 20 mai soir le ministère des Transports. 

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Séjour chez l’habitant Le séjour chez l’habitant se multiplie de plus en plus au Vietnam. Cela contribue à diversifier les produits touristiques ainsi qu’à créer de nouvelles expériences pour les visiteurs afin de faire du Vietnam une destination attrayante.