02/12/2018 16:11
Avec son projet Cassava Noodle, Duong Ngoc Anh prévoit de produire et d’exporter sa spécialité, les nouilles de manioc instantanées. Une perspective prometteuse pour une région pauvre de Quang Nam.
 >>Manioc: les exportations vers la R. de Corée ont fortement augmenté

Duong Ngoc Anh et les nouilles de manioc Caromi.
Photo: BM/CVN

Même au Vietnam, peu de gens connaissent le parfum singulier du pho San (nouille de manioc) qui n’existe jusqu’ici que dans le bourg de Dông Phu, district de Quê Son, province de Quang Nam (Centre). Grâce à l’audace et à la volonté ferme de Duong Ngoc Anh, 33 ans, ce produit alimentaire populaire s’est affirmé avec le temps, jusqu’à devenir une spécialité emblématique du Centre. L’enjeu maintenant est de conquérir de nouveaux marchés au Vietnam comme à l’étranger.

"La nouille de manioc produite à Dông Phu est à la fois savoureuse et nourrissante", observent de nombreux gourmets. Avec ses sachets instantanés exposés à la Foire-Expo 2018 de Dà Nang consacrée aux entrepreneurs débutants (SURF 2018), Ngoc Anh a gagné le 2e Prix avec en récompense un stage professionnel en Israël. 

Diplômé de l’Université des sciences naturelles de Hô Chi Minh-Ville il y a dix ans, Ngoc Anh a travaillé pour une société française avant de fonder lui-même une compagnie spécialisée en technologies de l’information. "C’était une bonne place qui m’a rapporté gros", confie-t-il. Et d’expliquer le "tournant" de sa vie professionnelle qui s’oriente désormais vers le pho San et l’amélioration de sa technique de production. 

Un légume lié à la pauvreté

Dans la mentalité des paysans vietnamiens, le tubercule de manioc, souvent cultivé sur les collines et les terrains  arides, n’est qu’un produit alimentaire profitable aux pauvres.

"Je suis originaire de Dông Phu, une région pauvre où le manioc est la culture principale. La vie des habitants semble obstinément liée à ce tubercule verruqueux. En tant qu’ingénieur, j’ai ressenti le désir ardent de faire quelque chose pour aider les membres de ma communauté à mieux vivre sur leurs terres ancestrales”, raconte Ngoc Anh. L’idée de la nouille de manioc lui est venue à l’esprit. "En effet, l’initiative de transformer ce tubercule en nouille vient de mon grand-père, Duong Duc Mân. Ce métier artisanal était presque sur le point de disparaître en raison de la guerre prolongée", poursuit-il. Début 2017, il a décidé d’abandonner son emploi, de retourner au village et de débuter une nouvelle carrière: producteur de pho San.

Duong Ngoc Anh (gauche) présente son projet lors de la Foire-Expo 2018 de Dà Nang consacrée aux entrepreneurs débutants (SURF 2018).
Photo: KHPT/CVN

Son idée initiale était de faire de Dông Phu un village à la fois artisanal et touristique. La spécialité locale qu’était la nouille de manioc aurait été le plat phare pour montrer aux visiteurs l’originalité du goût du manioc comparée aux nouilles produites à base de riz, dont la saveur est beaucoup plus commune. À la différence d’autrefois, où la nouille était fabriquée manuellement avec du manioc séché, elle est aujourd’hui transformée à partir de manioc frais, selon un processus technique précis, ce qui la rend plus liante, plus appétissante et d’une qualité nutritive supérieure. 

Un avenir prometteur

Ces débuts sont pleins de promesses, malgré un succès modeste. Pour passer à la vitesse supérieure, Trân Vu Nguyên, directeur de la Pépinière d’entrepreneurs de Dà Nang (dont Ngoc Anh fait partie), pariant sur le succès du produit, a incité le jeune entrepreneur à mettre en place un nouveau projet, celui de "Cassava Noodle", consistant à produire en série des sachets de nouille instantanée de manioc via une nouvelle chaîne automatisée.

"Le pho San ayant été primé à la Foire-Expo SURF 2018, je l’ai vu d’emblée jouir d’un avenir radieux. Nombre d’investisseurs arrivent, me proposant des projets de coopération pour une production industrielle et une distribution élargie dans tout le pays", se rappelle l’entrepreneur.

À la mi-2018, l’atelier de Ngoc Anh a mis en service une nouvelle structure capable de sortir chaque jour 280 kg de nouilles instantanées en sachet portant la marque Caromi. Outre la nouille ordinaire, on y voit aussi celle au parfum de momordique (couleur rouge) et celle au parfum de safran (couleur jaune), des ingrédients "très bons pour la santé" selon les experts. Les matières premières (nouilles de manioc fraîches) sont fournies par les ateliers familiaux de Dông Phu, pour des quantités de  1-1,5 tonne par jour.  
 
Le pho San instantané Caromi est déjà présent sur les menus de divers restaurants dans les grandes villes du Centre comme Dà Nang, Hôi An, Nha Trang... "L’avenir sera encore meilleur quand on aura amélioré la compétitivité du produit sur le marché domestique, ce qui nous ouvrira naturellement les portes de l’étranger", conclut le jeune entrepreneur.
 
Nghia Ðàn/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Capturer de beaux moments avec les marguerites Daisy de Hanoï Entre la mi-novembre et la mi-décembre, quand Hanoï ressent les premiers vents hivernaux, c’est la pleine saison des marguerites Daisy (Astéracées). En cette période, ce serait une faute de goût de ne pas acheter un bouquet. Mais pour une expérience plus romantique, rien ne vaut une balade dans un champ de fleurs en banlieue.