05/07/2020 10:37
Dans le combat contre le COVID-19, le Centre de contrôle des maladies de Ninh Binh a joué un rôle crucial. Les efforts de ses médecins et employés ont contribué notablement à enrayer la pandémie.
>>Coronavirus : le Vietnam ne rapporte aucune nouvelle contamination
>>Le Vietnam souligne la garantie des droits à la santé et à la sécurité des personnes

Le directeur du Centre de contrôle des maladies de Ninh Binh, Lê Hoàng Nam (veste bleue), congratule un homme guéri du COVID-19.

Ninh Binh (Nord) fut l’une des provinces les plus menacées par le COVID-19 lors du pic de la pandémie au Vietnam. Outre les cas d’infections au sein de la communauté, la province a accueilli des milliers de personnes rentrées de l’étranger et soumises à une quarantaine obligatoire. Guidé par le slogan "Lutter contre l’épidémie, c’est combattre l’ennemi", le secteur local de la santé a déployé des mesures énergiques et s’est surpassé pour empêcher la contagion dans la communauté.

Travailler du matin au soir

Début juin, les employés du Centre de contrôle des maladies de la province de Ninh Binh poursuivaient leur mission de lutte contre le COVID-19 dans le nouveau contexte où le pays est parvenu à endiguer la pandémie. En mai, l’organisme avait dépisté des centaines de Vietnamiens résidant à l’étranger de retour au pays. Malgré un personnel réduit, le Centre s’est chargé de cette tâche importante et délicate avec dévouement.

Selon la Dr Pham Thu Hà, de la Faculté des bilans de santé, les cadres et employés du Centre de contrôle des maladies de Ninh Binh accomplissent leur mission sans cesse, du matin au soir. Ils prennent souvent leurs repas et leur douche rapidement sur place.

L'entrée d'un cabinet de consultation de Câu Yên, district de Hoa Lu, province de Ninh Binh (Nord).

"Parfois, nous devons travailler sans pause de 9 à 20 heures et organiser quatre séances de collecte d’échantillons. Pendant une journée, avec seulement une vingtaine d’employés, le Centre doit accomplir l’enquête épidémiologique, les examens de santé et la prise de sang de près de 700 personnes”, partage-t-elle. Avant d’ajouter que pèse aussi le risque de contracter le virus sur son lieu de travail. "Mais nous sommes tous très prudents et respectons strictement les instructions décrétées par le ministère de la Santé afin de limiter au maximum les risques".

Création d’équipes de réaction rapide

Durant la période d’épidémie de COVID-19, le Centre de contrôle des maladies de Ninh Binh a fondé trois équipes mobiles contre la pandémie, chacune composée de six à sept personnes. Leur mission est d’agir aussitôt qu’un cas ou un risque de COVID-19 est annoncé.

Les Vietnamiens à l’étranger sont soumis à une quarantaine obligatoire à leur retour au pays.

"Dès que le COVID-19 est apparu dans la ville de Wuhan (Chine), nous avons conseillé au Service provincial de la santé de créer des équipes de réaction rapide aux niveaux de la province et du district, chargées de faire en permanence le bilan de progression de l’épidémie et de former les cadres médicaux aux techniques de surveillance, de dépistage, de prélèvement, de conservation et de transport des échantillons de sang", a indiqué le docteur Lê Hoàng Nam, directeur dudit Centre.

Jusqu’à début juin, Ninh Binh avait accueilli plus de 7.000 personnes confinées,  dont 400 au Centre provincial de contrôle des maladies, plus de 2.700 en quarantaine dans d’autres établissements, et presque 4.000 confinés à domicile. Parmi elles, 2.400 personnes ont passé deux fois les tests de dépistage du coronavirus, et 350 autres, trois fois. La province n’a enregistré aucun nouveau cas en 80 jours consécutifs.

Actuellement, dans le contexte où la pandémie de COVID-19 est contrôlée au Vietnam, ledit organisme continue de surveiller pour dépister à temps les cas potentiels d’infection dans la communauté, de mettre en place des formations et d’enrichir les connaissances sur les mesures de contrôle et de traitement du coronavirus au profit des cadres médicaux. De plus, il fait un travail de sensibilisation auprès des autorités de différentes localités, des établissements scolaires et des habitants aux mesures de prévention et de lutte contre la pandémie de COVID-19 et d’amélioration de la santé.

D’après Pham Thi Phuong Hanh, directrice adjointe du Service provincial de la santé, le Centre de contrôle des maladies de Ninh Binh est un organisme d’importance stratégique en matière de lutte contre la pandémie. Ses médecins, cadres et employés médicaux, en défiant toutes leurs inquiétudes et leurs peurs, accomplissent les missions qui leur sont confiées. Malgré les difficultés et les dangers, ils s’acharnent à la tâche. Leur abnégation relève du sacrifice et leur mission est capitale pour le soin et la protection de la santé des habitants.

Texte et photos : Mai Quynh - Duc Phuong/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les maquereaux séchés, la fierté de Dô Son

À la découverte des pagodes khmères du Sud-Ouest En visitant le Sud-Ouest du Vietnam, les visiteurs ne devraient pas manquer cinq pagodes khmères à la beauté ancienne et l’architecture unique.