15/08/2021 12:45
Forte de ses atouts naturels, historiques et culturels, la province de Ninh Binh, au Nord, a de grandes ambitions en matière de développement touristique. Encore faut-il professionnaliser un secteur aujourd’hui fortement impacté par la crise sanitaire.
>>Ninh Binh entend séduire les investisseurs
>>Ninh Binh, terre de l’ancienne capitale millénaire
>>Ninh Binh met l'accent sur la transformation numérique dans le tourisme

Rizières dorées des deux côtés de la rivière Ngô Dông, dans la zone touristique de Tam Côc - Bich Dông, à Ninh Binh (Nord).

Chaque fin mai, les rizières à Tam Côc - Bich Dông, dans la province de Ninh Binh, se parent de leur plus belle couleur. Ces tapis dorés s’étendent sur les deux côtés de la rivière Ngô Dông, serpentant majestueusement entre les pitons karstiques. Une balade en barque à ce moment de l’année pour contempler ces rizières, qui figurent parmi les plus belles du Vietnam, est une expérience exceptionnelle. C’est ainsi que les autorités de Ninh Binh organisent chaque année à cette période-là la Semaine du tourisme "La couleur dorée de Tam Côc - Tràng An".

Malheureusement, cette année, comme l’épidémie de COVID-19 reste encore compliquée dans presque tout le pays, Ninh Binh a dû fermer tous ses sites touristiques et annuler tous ses événements festifs. Cela signifie également que l’ensemble des près de 700 établissements d’hébergement de la province doivent aussi fermer leurs portes. C’est donc l’heure pour eux de réviser leurs plans de développement.

Manque de professionnalisme

En effet, les experts constatent que la localité n’accueille toujours pas de grands projets touristiques, qui pourraient lui permettre d’attirer encore plus l’attention des voyageurs. De plus, les produits proposés sur place restent banals et les infrastructures manquent encore de synergie entre les sites, ce qui montre un certain amateurisme dans le fonctionnement du secteur. À cela s’ajoute l’absence de sérieux chez certains établissements et professionnels touristiques locaux en ce qui concerne l’accueil des visiteurs, la disponibilité de services ou le respect des normes environnementales et d’hygiène.

De plus, la gestion foncière n’est pas rigoureuse, d’où l’apparition de certaines constructions illégales, même au sein du complexe paysager de Tràng An, pourtant patrimoine mondial de l’UNESCO. Tout ceci impacte négativement l’image de la province.

Modernisation digitale

Touristes étrangers visitant le complexe paysager de Tràng An, patrimoine mondial de l’UNESCO, avant l’apparition de la pandémie de COVID-19.

Face au manque de professionnalisme des acteurs touristiques locaux, l’heure est aujourd’hui à la préparation de la reprise du secteur. Et cette relance sera marquée du sceau de la modernisation digitale.

Selon Quách Thê Hai, chef du Bureau de l’information du Service provincial du tourisme, Ninh Binh se focalise actuellement sur l’établissement d’une base de données dédiée au tourisme et d’une carte numérique interactive entre sites touristiques, historiques et culturels. Il s’agit aussi de construire des stations touristiques intelligentes au service des voyageurs dans le centre-ville de Ninh Binh, le complexe paysager de Tràng An, la pagode Bái Dinh, la zone touristique de Tam Côc - Bich Dông et de nombreux autres sites. "L’objectif est d’accroître la valeur et l’attractivité des destinations ainsi que de leurs produits et services touristiques. Ce sera une percée pour améliorer la qualité de la gestion étatique du tourisme à Ninh Binh", indique Quách Thê Hai.

De manière plus générale, la province entend exploiter durablement ses ressources touristiques, professionnaliser son personnel et créer des produits diversifiés et de qualité. En planifiant rigoureusement le développement touristique de Ninh Binh, les autorités locales seront mieux à même de savoir où allouer les ressources et quelles infrastructures construire. Elles seront aussi capables de mobiliser plus facilement des investissements pour des projets d’envergure.

Aux côtés des entreprises

En fait, les autorités locales se situent toujours aux côtés des entreprises qui n’ont cessé d’investir dans la province pour la rendre plus attractive. Les entreprises les plus engagées sont la Société de construction Xuân Truong, la Compagnie par actions Inconess (qui a investi 100 millions USD dans la construction de la zone touristique du lac Dông Thái, dans le district de Yên Mô), la Société de tourisme Cúc Phuong (propriétaire d’une zone de villégiature dans le district montagneux de Nho Quan), ainsi que de nombreuses autres entreprises qui investissent des centaines de milliards de dôngs pour construire des établissements d’hébergement.

Les autorités savent que la qualité de ceux-ci et des infrastructures touristiques dépend du développement économique de la localité. La preuve est que la préservation et la valorisation du complexe paysager de Tràng An, reconnu patrimoine culturel et naturel mondial par l’UNESCO, ont permis la création de nombreux emplois en lien avec le tourisme, améliorant ainsi les revenus des populations locales.

L’an passé, malgré la crise du COVID-19, le secteur du tourisme de Ninh Binh a toujours créé 21.000 emplois.
 
Texte et photos : Mai Quynh - Minh Ðuc/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les œuvres en galets uniques d’une jeune Hanoïenne

Le Vietnam et le Cambodge coopèrent pour la reprise du tourisme international Le directeur général adjoint de l'Administration nationale du tourisme, Hà Van Siêu, a exprimé sa conviction que l'industrie touristique vietnamienne et cambodgienne surmonterait bientôt les difficultés causées par la pandémie et rétablirait rapidement les activités touristiques nationales et internationales.