02/11/2019 22:16
Il y a eu Tutu, la Mona Lisa africaine vendue l'an dernier à 1,4 million d'euros. Puis mi-octobre, pour 1,3 million d'euros, Christine, autre portrait du célèbre peintre nigérian Ben Enwonwu : deux records pour le "père" du modernisme africain, à l'image d'un marché de l'art nigérian en pleine effervescence.
>>Le Parlement des singes de Banksy adjugé 11,1 millions d'euros, un record pour l'artiste
>>Le dessin de la première couverture de Tintin vendu 1,1 million de dollars aux enchères

Le chef-d'oeuvre du peintre nigérian Ben Enwonwu, +Tutu+, vendu 1,4 million d'euros par la maison d'enchères londonienne Bonhams, photographié le 7 février 2018 à Londres. Photo : AFP/VNA/CVN

Il y a encore 10 ans, les grands artistes africains étaient quasiment absents des ventes aux enchères internationales. Le continent attire désormais les grands noms de l'art contemporain et moderne, puisque ce sont les maisons londoniennes Bonhams et Sotheby's qui ont vendu les deux chefs-d'oeuvre d'Enwonwu, décédé en 1994 et dont la cote de cesse de grimper.

"L'Afrique est l'un des marchés les plus dynamiques au monde aujourd'hui, et le Nigeria partage la première place du podium avec l'Afrique du Sud", affirme Giles Peppiatt, directeur de l'art africain chez Bonhams, la première en Europe à avoir parié sur le continent dès 2007, avec la grande vente Africa Now.

Dans la vibrante mégapole de Lagos, avec ses 20 millions d'habitants, la saison culturelle culmine ce week-end avec la foire internationale "ART X", qui s'est imposée depuis trois ans comme un rendez-vous incontournable, une grand-messe de l'art moderne et contemporain avec un objectif business assumé.

La fameuse (et onéreuse) Tutu, "perdue" depuis près de 40 ans et retrouvée en 2018, presque par hasard, dans un appartement de Londres, était justement la "surprise" de la dernière édition qui a attiré plusieurs milliers de personnes. Devant la peinture de la mystérieuse princesse yorouba, on croisait aussi bien des actrices de Nollywood que des chefs traditionnels, des collectionneurs fortunés et des artistes.

En fin d'année, la capitale économique devient celle du glamour et des arts - de l'argent aussi. On s'y presse d'une exposition à l'autre, d'ART X à la biennale d'art contemporain, en passant par la Lagos Fashion Week et le festival LagosPhoto, qui ont tous lieu à la même période, en octobre-novembre.

Autre signe de cet engouement général, de nouvelles galeries comme Art Twenty One y ont ouvert leurs portes ces dernières années. Et la maison d'enchères Art House Contemporary Limited, au chiffre d'affaire certes plus modeste que celui des maisons européennes, présente régulièrement les artistes locaux les plus en vogue : Enwonwu, Yusuf Grillo, El Anatsui ou encore Peju Alatise.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’argentique et les jeunes vietnamiens: le grand amour !

À la découverte du monastère zen Truc Lâm Tây Thiên  Le monastère zen Truc Lâm Tây Thiên, l’un des trois plus grands au Vietnam, se trouve dans la commune de Dai Dinh, district de Tam Dao, province de Vinh Phuc, à 60 km au nord-ouest de la capitale Hanoï.