29/01/2020 08:32
La culture de l’abricotier pour le Têt permet aux paysans de Nhon An, dans la province de Binh Dinh, d’améliorer leur niveau de vie et même de devenir milliardaires.
>>Les abricotiers-bonsaïs aident les Huéens à faire fortune
>>Les villages d’abricotiers de Nhon An à l’approche du Têt

La culture des abricotiers demande peu d’investissements mais beaucoup d’efforts.
Photo : CTV/CVN

La culture de l’abricotier est apparue dans la commune de Nhon An, ville d’An Nhon, province de Binh Dinh (Centre), il y a plus de 20 ans. Elle était alors pratiquée par quelques familles du hameau de Hào Duc. Maintenant, Nhon An est appelée "la commune des abricotiers" par les habitants de Binh Dinh, devenant ainsi la "capitale de l’abricotier dans la région Centre. Les abricotiers contribuent à changer la vie des paysans de Nhon An qui s’enrichissent grâce à cette culture.

Des milliards de dôngs à chaque Têt

Les premiers jours du 12e mois de l’année lunaire, la capitale des abricotiers Nhon An est toujours animée. Des camions de toutes sortes entrent et sortent constamment de la commune, chargés d’abricotiers. Là, des hommes sont occupés à transporter les pots. Plus loin, des femmes coupent les feuilles pour que les abricotiers fleurissent exactement pendant la période du Têt. En regardant cette atmosphère animée, il est difficile d’imaginer qu’il y a seulement 20 ans, Nhon An était une commune très pauvre où les jeunes devaient partir loin de chez eux pour chercher un travail. Depuis que les habitants ont opté pour les abricotiers, leur vie s’est progressivement améliorée. Maintenant, le long des routes en béton qui mènent aux hameaux alentours, on peut voir bon nombre de grandes maisons et de voitures.

Au hameau de Hào Duc, Dang Xuân Ngu est reconnu comme l’un des pionniers de cette culture. Il a gagné beaucoup d’argent avec ce choix de carrière. Dans son jardin de 1.000 m2 recouvert de pots d’abricotiers de toutes formes, sirotant une tasse de thé, M. Ngu raconte comment son village a choissi cette voie en 1989 exactement. Cette année-là, de nombreuses familles ont commencé à planter cet arbre afin de gagner leur vie alors qu’il n’y avait rien d’autre à faire. Les villageois sont allés en forêt pour trouver des abricotiers et les ont ensuite replantés sur leurs terrains. "Au début, j’ai planté 300 pieds juste pour le plaisir, mais je ne m’attendais pas à ce que les abricotiers s’épanouissent autant et que la culture prenne une telle ampleur", se souvient M. Ngu.

Sa famille a planté plus de 2.000 pieds d’abricotiers et en vend à chaque Têt quelques centaines. L’abricotier le moins cher coûte 4 millions de dôngs, les plus chers plusieurs dizaines, voire centaines de millions de dôngs. Chaque année, cette famille gagne des milliards de dôngs grâce aux abricotiers. Les mauvaises années, elle empoche quand même plusieurs centaines de millions de dôngs.

Une atmosphère d’effervescence

Les abricotiers améliorent le niveau de vie des paysans de Nhon An.
Photo : CTV/CVN

Des deux côtés de la route provinciale 631 et de la Nationale 1A, qui mènent à Hào Duc, des milliers de pots d’abricotiers sont allignés sur des terrains de plusieurs centaines ou milliers de mètres carrés. Des commerçants de différentes provinces viennent choisir, acheter des arbres et les remporter avec eux. Les abricotiers de Nhon An sont transportés jusqu’à Dà Nang, Quang Nam, Quang Ngai, Phu Yên, Nha Trang (Centre) et Hô Chi Minh-Ville.

En examinant attentivement les 700 pots  en vente, Huynh Tân Vu, propriétaire du jardin Vu Hoàng Son, dans le hameau de Hào Duc, indique avec enthousiasme : "Ce travail demande peu d’investissement mais beaucoup d’efforts. La valeur économique des abricotiers s’accroît progressivement et cela a permis d’améliorer la vie des habitants de Nhon An. Les bonnes années, les arboriculteurs peuvent gagner beaucoup d’argent. Et les mauvaises, ils gagnent tout de même assez  pour subsister, mieux qu’avec la riziculture".

Avec 30 ans d’expérience dans la culture des abricotiers, Nguyên Van Hao, propriétaire du jardin Thuân Hao au village de Thanh Liêm, dans la commune de Nhon An, possède environ 2.000 pieds de toutes tailles dans son jardin de 1.000 m2. Sa famille vend principalement ses abricotiers à des commerçants. Chaque année, à l’arrivée du Têt, son domicile regorge d’acheteurs qui vont et viennent. Les remorques transportent les abricotiers qui sont ensuite répartis dans l’ensemble de la région Centre.

"Le temps est clément, je pense que cette année, les producteurs auront une récolte exceptionnelle. À l’heure actuelle, de nombreux commerçants viennent passer des commandes en vrac, et les prix sont également beaucoup plus élevés que les années précédentes", déclare M. Hao.

Chê Anh Huy, responsable agricole de Nhon An,  informe que selon les estimations, les 1.500 foyers cultivateurs d’abricotiers de la commune ven-draient cette année environ 2 millions de pieds, pour une valeur totale évaluée à
30 milliards de dôngs.

Trung Khánh/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Nguyên Thu Thuy, la céramiste des espaces urbains

Hôtellerie : Hanoï prête à accueillir la F1 Malgré les difficultés causées par le coronavirus, de nombreux hôtels sont prêts pour la course de Formule 1 prévue en avril à Hanoï. Ces établissements joueront un rôle non négligeable dans la promotion de l’image de la capitale vietnamienne, une destination sûre et attrayante.