10/01/2021 14:40
Nguyên Vinh Bao, musicien de première génération de cai luong (théâtre rénové), qui a consacré près de 100 ans à la musique traditionnelle du Sud. Il est décédé le 7 janvier 2021 à l'âge de 103 ans à Cao Lanh, province de Dông Thap (Sud).
>>Nguyên Vinh Bao, lauréat d’un prix Phan Châu Trinh
>>Le cai luong à l'honneur sur Google Doodle

Le musicien Nguyên Vinh Bao. Photo : LHP/CVN

Le musicien Nguyên Vinh Bao est né le 19 août 1918 dans le village de My Trà, district de Cao Lanh, province de Sa Dec (aujourd’hui province de Dông Thap), dans une famille de propriétaires terriens. Son père, Nguyên Hàm Ninh, était un passionné de musique vietnamienne traditionnelle, invitant souvent des musiciens célèbres à venir chez lui pour chanter, ainsi Nguyên Vinh Bao a eu l'occasion d'interagir très tôt avec la musique.

Il a commencé à jouer des instruments à cordes comme le đàn cò, le đàn nguyêt dès l'âge de 5 ans. À l'âge de 12 ans, Nguyên Vinh Bao pouvait déjà jouer de nombreux types d'instruments de musique traditionnelle du Sud.

Actuellement, le vong cô de 32 mesures (air traditionnel mélancolique) règne sur la scène du cai luong et du đon ca tài tu (chant des amateurs du Sud). Les chansons de vong cô de 32 mesures d’aujourd’hui découlent directement du chef-d’œuvre Da cô hoài lang, une chanson célèbre de 1919 de l’auteur Cao Van Lâu (province de Bac Liêu, Sud), puis elles ont été respectivement développé à partir d'une double mesure en 4, 8, 16 et 32 mesures aujourd'hui très en vogue.

Ainsi, Nguyên Vinh Bao est un musicien qui a pleinement assisté au développement du vong cô. Il était le seul témoin du vong cô encore vivant au début du XXIe siècle. De même, le cai luong est né en 1918. Ainsi Nguyên Vinh Bao a également été témoin du développement de cet art.

Le musicien Vinh Bao (gauche) et le compositeur Van Hai. Photo : LHP/CVN

Un talent unique

Nguyên Vinh Bao a été un célèbre luthier pendant plus de 60 ans. À partir de 1955, il a entrepris des recherches sur les techniques de cordes et s’est perfectionné sur le đàn tranh à 16 cordes (un instrument de musique à cordes pincées vietnamien de la famille des cithares sur table). Après de nombreux échecs, Nguyên Vinh Bao a finalement réussi à améliorer et créer les đàn tranh à 17, 19 et 21 cordes. Actuellement, ces instruments sont largement utilisés pour différents styles de musique car ils sont plus pratiques que la cithare traditionnelle à 16 cordes. Nguyên Vinh Bao a créé son propre modèle et le Professeur Tô Vu l'a appelé directement "la cithare de Vinh Bao".

Nguyên Vinh Bao était également enseignant. Dans les années 40, il a aussi été professeur de français de lycée à Saigon à Hô Chi Minh-Ville. Ce dernier fait partie de la génération fondatrice du Conservatoire de musique de Hô Chi Minh-Ville et il y a enseigné pendant plus de 10 ans la musique traditionnelle. À l'heure actuelle, il y a encore certains de ses anciens étudiants présents lors de la création du Conservatoire de musique, qui continuent à enseigner sur le đàn tranh comme par exemple le compositeur Nguyên Van Doi ou l'"Enseignante Émérite" Pham Thuy Hoàn (mère de la cithariste Hai Phuong).

En plus d'enseigner au Conservatoire de musique, Nguyên Vinh Bao a eu également de nombreux disciples. Ainsi l'influence de Nguyên Vinh Bao sur la musique traditionnelle dans la société a été énorme. En 1971, Nguyên Vinh Bao a été invité aux États-Unis pour enseigner la musique vietnamienne à la Southern Illinois University avec le Professeur Trân Van Khê et le musicien Pham Duy. En 1972, Nguyên Vinh Bao s’est rendu à Paris (France). Avec son meilleur ami, le Professeur Trân Van Khê, où ils ont enregistré de la musique traditionnelle du Sud-Vietnam pour Radio France et l'UNESCO. Ces bandes peuvent être considérées comme le premier disque de musique traditionnelle enregistré par l'UNESCO à Paris.

La Maison d'exposition du musicien Nguyên Vinh Bao a été inaugurée le 18 août 2018 à Cao Lanh, sa ville natale, (province de Dông Thap, Sud).
Photo : ST/CVN

Homme de records

En entrant dans le XXIe siècle, alors à un âge avancé, Nguyên Vinh Bao a continué d'enseigner la musique traditionnelle du Sud, directement à la maison ou via Internet. Ses étudiants se trouvaient autant au Vietnam que dans de nombreux pays du monde. Il a enseigné la musique dans de nombreuses langues, dont les plus exigeantes sont le français et l'anglais. À l'âge de 92 ans, il a reçu le record du Vietnam comme le plus ancien professeur de musique sur Internet. En 2008, il a reçu l'Ordre des arts et des lettres (grade : Officier) par le gouvernement français. En 2006, Nguyên Vinh Bao figurait dans la liste des six  musiciens de différents pays honorés lors de la Conférence internationale sur l'acoustique à Honolulu (Hawaï - États-Unis). Il a été surnommé "l’ancêtre" de đon ca tài tu, le "cithariste le plus célèbre".

Nguyên Vinh Bao n'était pas seulement un musicien, mais aussi un véritable chercheur avec une connaissance très savante de la musique traditionnelle du Sud, en particulier sur les techniques de fabrication des instruments à cordes. Il a joué du đàn cò, đàn nguyêt pendant près de 100 ans et a joué jusqu'à son dernier souffle. Même sur son lit d'hôpital, il n'aimait parler que de la musique populaire du Sud. Il a été le plus ancien musicien classique de đon ca tài tu dans le Sud. Il a été à la fois musicien, cithariste, luthier, conférencier en musique, chercheur en musique et professeur de musique ou encore poète dans de nombreuses langues. On peut dire que Nguyên Vinh Bao est le maître exceptionnel du đon ca tài tu.

Le musicien Nguyên Vinh Bao est parti, mais sa voix sera là pour toujours. Plusieurs générations de ses étudiants, qui vivent de la musique ou travaillent dans d’autres domaines, suivront sans aucun doute ses traces sur la voie de la préservation et de la promotion de la musique traditionnelle vietnamienne.

Trung Khánh/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Hông Mi, l'alcool qui fait la fierté de Bac Hà

Dak Nông : développement touristique rime avec préservation culturelle Suite à la reconnaissance du parc géographique de Dak Nông dans la province éponyme sur les hauts plateaux du Centre en tant que géoparc mondial, les autorités locales ont proposer un 4e circuit touristique dans le district de Cu Jut.