02/09/2019 06:36
La coureuse Nguyên Thi Huyên est détentrice de six médailles d’or aux SEA Games 2015 et 2017 et une autre au Championnat d’Asie 2017. À 26 ans, elle tente un retour au plus haut niveau après avoir donné naissance à son premier enfant.
>>L’athlétisme vietnamien travaille à l’après Nguyên Thi Huyên
>>Ces dix sportifs qui ont fait parler d’eux en 2017

Nguyên Thi Huyên au Tournoi international élargi d’athlétisme de Hô Chi Minh-Ville 2019.
Photo: CTV/CVN

L’année dernière, Nguyên Thi Huyên, membre clef de l’équipe nationale d’athlétisme, a annoncé la fin de sa carrière professionnelle en raison d’une grossesse. Mais c’était sans compter sur le fait que ce sport coule dans les veines de la jeune femme.

En effet, dix mois après son accouchement, elle fait un épatant retour au plus haut niveau, en remportant l’or au 400 m haies et au relais 4x200 m femmes lors du Tournoi international élargi d’athlétisme de Hô Chi Minh-Ville, disputé en juillet dernier.

En fait, ce n’est pas la première fois qu’une athlète revient sur le devant de la scène après une grossesse. Dans l’épreuve du 100 m haies femmes, comment ne pas citer le cas de Vu Bich Huong, icône de l’athlétisme vietnamien.

Une championne au caractère papillonnant

"Décrocher l’or dès mon premier retour à la compétition a été plus qu’un bon signe pour moi. Cependant, je dois avouer que mes adversaires dans l’épreuve du 400 m haies étaient toutes plus jeunes que moi. Elles ont participé à ce tournoi essentiellement pour emmagasiner de l’expérience. Je n’ai donc pas vraiment eu beaucoup de peine à arriver en tête. C’est une victoire qui mêle douceur et amertume", confie Nguyên Thi Huyên après son retour gagnant.

La coureuse vietnamienne N°1 désire ardemment intégrer de nouveau la sélection nationale et continuer à s’entraîner avec ses coéquipières au Centre national d’entraînement sportif de Hanoï, sous la tutelle du coach Vu Ngoc Loi.

"J’espère obtenir le feu vert de Vu Ngoc Loi. Il est le seul à pouvoir cerner mes lacunes pour que je puisse me développer, en force comme en vitesse. J’ai hâte de rejoindre l’équipe nationale et de pouvoir confirmer tout le bien que l’on pense de moi", partage-t-elle.

Nguyên Thi Huyên est une athlète au caractère bien trempé. Une "qualité" qui lui vaudrait certains ennuis dans sa carrière. Il y a quelques années, la jeune femme a failli être éliminée de l’équipe nationale car elle ne parvenait pas à maintenir son niveau de performance et manquait de détermination.

En effet, aux 28es Jeux d’Asie du Sud-Est (SEA Games 28) disputés à Singapour en 2015, à l’âge de 22 ans, la "fille en or" du sport vietnamien avait remporté pour la première fois trois médailles d’or (400 m, 400 m haies et relais 4x400 m), battant deux records d’Asie du Sud-Est et réalisant deux minima olympiques pour les Jeux de Rio 2016. Elle avait alors été invitée à participer à de nombreuses émissions télévisées et autres événements médiatiques. Son engouement pour le strass et les paillettes au détriment de l’entraînement sportif entraînera en 2016 une défaite cuisante aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro (Brésil). Huyên s’est ainsi vue écartée de la liste des athlètes bénéficiant d’aides financières et de parrainages de la part des instances sportives nationales.

"Mon destin est lié à l’athlétisme"

À la suite de cet échec, la jeune coureuse a su rebondir, plus forte que jamais, en réalisant aux SEA Games 2017 les mêmes performances qu’aux SEA Games 2015 (trois médailles d’or) et, surtout, remportant l’or du 400 m haies féminin aux Championnats d’Asie 2017 en Inde.

Dans la même année, quelques mois auparavant, elle s’est mariée avec Pham Quynh, enseignant à l’Université de l’éducation physique et des sports de Tu Son (province de Bac Ninh, Nord). Recevant ainsi une nouvelle source de motivation mais aussi une personne qui partage avec elle le fardeau de la famille, la jeune Huyên reprend contrôle de son avenir et met à jour les priorités de sa vie.

"Mon destin est lié à l’athlétisme. C’est ce qui m’a donné le respect et la considération", reconnaît la championne d’Asie. Elle estime que cette discipline a su nourrir en elle une volonté de fer, la poussant à se dépasser et à laisser derrière elle les obstacles et autres difficultés de la vie.

"Je n’aime pas laisser entrevoir mes larmes. Le seul moment où je m’autorise à laisser libre cours à mes émotions, c’est quand le drapeau du Vietnam s’élève et que l’hymne national retentit. À ce moment précis, la fierté nationale me rend presqu’incapable de contrôler mes émotions. Je veux juste apporter du bonheur aux autres", a-t-elle exprimé lors des SEA Games 2015.

Concernant ses objectifs pour 2019, Huyên ne cache pas son ambition de monter sur la plus haute marche du podium des 30es SEA Games, prévus à la fin de l’année aux Philippines.
 
Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Faites le plein d’oxygène au réservoir de Hoà Binh

Côn Dao parmi les plus belles destinations pour les voyages hivernaux Le magazine prestigieux Vogue Paris a nommé l'île de Côn Dao dans la province de Bà Ria - Vung Tàu (Sud) parmi les neuf plus belles îles secrètes que les voyageurs devraient visiter cet hiver.