21/10/2017 08:16
Le professeur de mathématiques Ngô Manh Cuong, 60 ans, est connu dans toute la commune de Son Công, district de Ung Hoà, à Hanoï pour sa charité. Depuis 13 ans, il fait tout son possible pour aider ses élèves démunis.
>>Des enseignements et élèves exemplaires à l'honneur
>>Nguyên Van Minh, un prof passionné

Le professeur Ngô Manh Cuong et ses élèves. Photo : HNM/CVN

Après avoir été diplômé en pédagogie, Ngô Manh Cuong fut chargé d’enseigner dans le district de Kim Bôi, province de Hoà Binh, pendant deux ans, puis dans le collège de Son Công, district de Ung Hoà, à 87 km au sud de Hanoï. En posant ses valises dans l’école d’une commune pauvre, M. Cuong a mieux compris les difficultés des familles démunies ayant des enfants en âge d’être scolarisés.  

Un appui important pour les élèves démunis

Ces 35 dernières années, le professeur Cuong a aidé beaucoup d’élèves en difficulté à poursuivre leurs études et des dizaines de voisins défavorisés à surmonter les difficultés de la vie  quotidienne. Il a pu le faire avec l’argent de sa poche, ou avec le soutien de donateurs. Ngô Manh Cuong a commencé à faire des travaux  humanitaires en 2004. Alors qu’il enseignait dans une classe, l’une de ses élèves a demandé de rentrer chez lui tôt pour préparer l’enterrement de sa mère décédée une semaine plus tôt.

«Je ne pouvais pas retenir mes larmes, en regardant le visage triste de cette élève qui était en 7e classe, révèle-t-il. Elle avait déjà perdu son père pêcheur en mer quelques années auparavant avant de déménager dans le district d’Ung Hoà. Actuellement, cette élève Nguyên Thi Hiên habite maintenant avec ses grands-parents».

Malgré ses faibles revenus et le fait qu’il élevait aussi ses trois enfants, le professeur Cuong a également utilisé son propre argent pour aider cet élève à financer ses frais d’études, ses livres et ses cahiers. En outre, il a fait un appel aux dons pour reconstruire la petite maison de fortune de sa famille, d’une valeur de 300 millions de dôngs. Après avoir été diplômé du baccalauréat, Nguyên Thi Hiên a poursuivi des études dans une faculté de pharmarcie. Maintenant, elle a un travail stable. Elle emmène parfois sa famille rendre visite à son ancien mentor. «Le succès de mes élèves m’encourage à continuer mes travaux», partage M. Cuong.

Sa passion pour le travail philanthropique était probablement dans ses gènes. «Ma famille était propriétaire de beaucoup de terres et avait de nombreux employés. Pourtant,  ma mère a souvent donné de l’argent et du riz aux pauvres», raconte-t-il. «Mon père a travaillé comme inspecteur du travail dans un service local et a toujours su manipuler la paperasserie pour aider les travailleurs ayant perdu leur emploi».

Sachant qu’il ne pouvait pas soutenir tous ses voisins défavorisés, M. Cuong a mobilisé son réseau pour inviter des journalistes au village. Le but est d’attirer l’attention des donateurs. Parfois, il écrit aussi les articles lui-même. Grâce à cette méthode, il a collecté quelque 200 millions de dôngs destinés à financer une opération chez un garçon touché par une tumeur au rein. Il a également aidé à construire une maison pour un vieux couple, qui devait élever ses petits-enfants car leur fils était  malade mental et sa belle-fille était décédée.

Un amour sans bornes

Ngô Manh Cuong offre des cadeaux à une famille en situation difficile.
Photo : KTDT/CVN

L’année dernière, Ngô Manh Cuong a créé un groupe de charité nommé «Partager l’amour», composé d’enseignants de toute la province afin de mettre en place un soutien durable pour les élèves défavorisés. Malgré qu’il n’ait que moins d’un an, ce groupe a recueilli des aides financières pour acheter des vêtements, des manuels scolaires et des outils d’apprentissage pour huit élèves orphelins.

Ngô Manh Cuong a aussi collaboré avec une entreprise de confection pour donner des manteaux à 45 femmes défavorisées et offrir des cadeaux à 10 familles en situation particulière difficile. Actuellement, ce groupe d’enseignants cherchent des ressources financières pour construire une maison à une femme atteinte de troubles mentaux et son enfant dans le village de Vinh Thuong, district de Son Công.

Vu Thi Thanh, présidente du syndicat du collège de Son Công, également membre du groupe «Partager l’amour», fait savoir qu’une personne aussi compatissante que M. Cuong est «vraiment rare». «Ces dix dernières années, nous nous sommes habitués à une certaine image de lui – un homme maigre, aux cheveux gris, aux bras bronzés – en train de faire du vélo et rendre visite à ses élèves  défavorisés malgré la pluie ou la canicule», ajoute-t-elle. 

L’action de monsieur Cuong est désormais appuyée par plusieurs de ses anciens élèves, qui ont émis le souhait d’aider leur village natal. «Notre école compte 300 élèves de familles vivant essentiellement de l’agriculture. Leurs conditions de vie sont difficiles. C’est pourquoi, l’aide de l’enseignant Cuong est toujours la bienvenue», exprime Nguyên Van Vo, directeur du collège de Son Công, avec admiration.   

Pour l’ensemble de son œuvre, Ngô Manh Cuong est l’une des 14 personnes du district de Ung Hoa à avoir été honorée par la ville de Hanoï.      

Huong Linh/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vietnam - France: une coopération chaque jour plus florissante

Ho Chi Minh-Ville parmi les 10 meilleures destinations asiatiques de 2018 Selon une évaluation récente de Lonely Planet, le premier éditeur de guides de voyage au monde, Hô Chi Minh-Ville est classée 3e dans la liste des meilleures destinations d'Asie à visiter en 2018 (Best in Asia), derrière Busan en République de Corée et l’Ouzbékistan.