02/06/2017 14:46
Une centaine de musulmans prosternés pour prier sur la 5e Avenue, devant Trump Tower, entourés par au moins autant de non-musulmans venus témoigner leur solidarité : c'est ce qu'on a pu voir jeudi 1er juin à New York, à l'heure du coucher du soleil.
>>Trump à la rencontre d'Abbas et du vieux rêve palestinien d'indépendance
>>À Ryad, Donald Trump appelle les musulmans à lutter contre l'extrémisme

Des musulmans ont prié devant la Trump tower au moment de l'Iftar, le 1er juin à New York.
Photo : AFP/VNA/CVN

Ils étaient venus célébrer l'Iftar - la rupture du jeûne en cette période de Ramadan - et faire un pied-de-nez à l'administration Trump et ses tendances qualifiées d'islamophobes par les organisateurs de l'évènement.

Les participants, dont beaucoup de jeunes, emmenés par l'activiste palestino-américaine Linda Sarsour, s'étaient rassemblés par une belle soirée d'été à l'appel de plusieurs associations pour la défense des immigrés.

La surveillance policière était étroite, comme toujours près de Trump Tower, siège de la Trump Organization et où demeurent toujours la femme et le plus jeune fils du président.

Fatoumata Waggeh, une jeune Américaine musulmane aux racines gambiennes, a indiqué être venue pour dénoncer "la réthorique qu'ils (le gouvernement américain) répandent sur les musulmans", et "témoigner de notre solidarité mutuelle".

Si l'évènement n'a rassemblé que 200 personnes environ, Linda Sarsour s'est montrée satisfaite, soulignant que cela "correspondait aux quantités de nourriture" prévues par les organisateurs.

Les participants se sont ainsi partagé riz, poulet, pizza, assis sur les bords de la célèbre avenue, après les rituelles prières. Maggie Sarsour a assuré ne pas regretter que l'administration Trump n'ait pas invité, contrairement aux administrations précédentes, de musulmans à la Maison Blanche pour marquer l'Iftar.

"Pour être honnête, même s'ils nous invitaient, je demanderais aux musulmans de ne pas apporter leur caution à une administration aussi clivante!" a-t-elle déclaré. Sur le trottoir d'en face, un groupe d'une dizaine de partisans de Trump criaient "USA, USA" ou encore "Nous ne voulons pas de la charia!"

Mais cela n'a pas gâché la fête pour Aantaki Raisa, une étudiante originaire du Bangladesh, qui a indiqué avoir "failli pleurer" d'émotion de voir "musulmans et juifs partager ensemble" ce moment. "Sans Trump, on ne verrait pas un tel spectacle à Manhattan, il faut rester positif!" a-t-elle dit en souriant.

Même si les partisans du président étaient tenus à bonne distance par les policiers, Linda Sarsour a tenu à prévenir les participants, y compris une trentaine de femmes voilées, après le dîner : "Évitez de repartir seuls (...) Ils ne sont pas nombreux, mais on ne sait jamais"!

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Cat Dang, village de la laque le plus renommé du delta du fleuve Rouge

Hôi An, la destination la plus paisible et romantique du monde La chaîne de télévision CNN a récemment classé Hôi An parmi les 16 meilleurs sites de loisir et les 10 sites les plus romantiques du monde. Qu’est ce qui rend alors la vieille cité de Hôi An aussi attractive?