14/02/2021 14:22
Plusieurs centaines de Népalais ont participé à une manifestation en forme de procession funèbre vendredi 12 février à Katmandou après le viol et le meurtre d'une adolescente pour dénoncer les crimes particulièrement violents dont sont victimes les femmes et réclamer le châtiment des coupables.
>>Journée des femmes : vers une convergence des luttes féministes
>>Les violences font 27 morts et plus de 200 blessés dans la capitale indienne

Manifestation en forme de procession funèbre après le viol et le meurtre d'une adolescente, le 12 février à Katmandou, au Népal. Photo : AFP/VNA/CVN

Bhagirathi Bhatta, 17 ans, a été portée disparue le 4 février sur le trajet entre son établissement scolaire et son domicile. Son corps a été découvert le lendemain dans une gorge près de son village situé dans le district de Baitadi dans l'ouest du Népal.

L'enquête de la police a montré qu'elle avait été violée et étranglée.

Les manifestants portant des tenues de deuil blanches ont transporté une jeune femme sur une civière en bambou symbolisant les victimes de viols et de meurtres.

Plusieurs personnes ont mis un bandeau noir sur leurs yeux pour protester symboliquement contre l'aveuglement dont fait preuve selon elles le gouvernement face à la multiplication des affaires de viol.

"Nous sommes ici pour mettre la pression sur le gouvernement (...) Le meurtrier doit être puni", a déclaré Rekha Thapa.

Une manifestante, Anoushka Pandey, a déploré qu'aucune justice ne soit rendue aux victimes.

"Si demain quelque chose m'arrive à moi ou à quelqu'un que j'aime, qui sera rendu responsable ? Qui nous rendra justice ?", a-t-elle ajouté.

En 2018, des milliers de manifestants avaient déferlé dans les rues après le viol et le meurtre de Nirmala Pant, 13 ans. Une personne avait perdu la vie et des dizaines avaient été blessées au cours des manifestations.

Le gouvernement a été accusé de n'avoir pas pris de mesures adéquates dans les affaires de viol. Une vidéo avait montré des policiers en train de détruire des preuves.

Quelque 2.100 cas de viol ont été enregistrés au Népal en 2020, soit deux fois plus que les moins de 1.000 cas recensés en 2015, selon la police.

Pour les défenseurs de la cause des femmes, cette augmentation correspond à un plus grand nombre de plaintes déposées par les femmes. Mais de très nombreuses agressions ne sont pas signalées dans ce pays patriarcal.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La collection unique de statues de buffles du peintre-artisan Nguyên Tân Phat

Quang Nam pourrait devenir la première localité du pays à appliquer le passeport vaccinal La province de Quang Nam au Centre a adressé au ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme une note officielle demandant la permission d’appliquer le passeport vaccinal. C’est ce qu’a fait savoir dimanche 18 avril Lê Tri Thanh, président du Comité populaire provincial. Si la demande est ratifiée, Quang Nam deviendra la première localité du pays à appliquer à titre expérimental le passeport vaccinal.