19/03/2019 10:41
Les poils de son menton commencent à blanchir, ses gestes sont lents: l’orang-outan Nénette, star de la ménagerie du Jardin des Plantes à Paris, fête ses 50 ans cette année, un âge fort respectable pour son espèce.
>>Découverte d’une nouvelle espèce rare d’orang-outan 
>>À l’école pour orangs-outans dans la jungle de Bornéo

L’orang-outan Nénette au Jardin des Plantes, à Paris le 14 mars.
Photo: AFP/VNA/CVN

Héroïne d’un film documentaire de Nicolas Philibert en 2010, artiste peintre à ses heures, Nénette semble apprécier sa célébrité. Elle se plaît à transporter un fût en plastique face à la paroi vitrée qui la sépare du public, pour se percher dessus et contempler les visiteurs, s’attirant les photos. Vendredi 15 mars, elle avait atelier peinture. Se saisissant d’une palette préparée par un soigneur, elle a attrapé avec la bouche différente couleurs pour les appliquer sur la vitre de l’enclos. Puis, avec un doigt, elle a tracé des traits avant de frotter l’œuvre éphémère avec de la paille. Elle peint aussi sur papier.

Nénette est désormais "une mamie", qui présente une longévité remarquable pour un orang-outan né dans la jungle. L’espérance de vie des orangs-outans est de 30 à 45 ans dans la nature mais peut monter jusqu’à 60 ans en captivité. Les soigneurs de la ménagerie lui fêteront son anniversaire le 16 juin en lui offrant un gâteau. En fait, l’âge précis de Nénette n’est pas connu. Elle est née dans la forêt tropicale de Bornéo vers 1969 et avait environ trois ans à son arrivée à la ménagerie le 16 juin 1972.

À l’époque, acheter un orang-outan sur le marché était encore autorisé. Peu après, la Convention de Washington de 1973 a interdit le commerce des espèces menacées d’extinction. "Nénette est arrivée en très mauvais état et elle avait une phalange sectionnée", déclare Norin Chaï, vétérinaire en chef de la ménagerie. Elle a été arrachée à sa mère très tôt alors que les femelles orangs-outans élèvent leurs enfants jusqu’à l’âge de 10 ans. Malgré cela, "ce qui est formidable avec Nénette, c’est qu’elle a eu quatre fils et qu’elle a accepté tout à fait de s’en occuper", ce qui n’est pas toujours le cas, relève Norin Chaï.

"Âge de la sagesse"

En liberté, les orangs-outans de Bornéo, espèce en danger critique d’extinction, vivent dans les arbres à plus de 20 mètres de haut. Installée avec quatre de ses congénères dans un bâtiment des années 1930, "Nénette dort en hauteur sur une plate-forme, dans un nid qu’elle confectionne avec soin", explique la cheffe soigneuse Christelle Hano.

Nénette l’orang-outan paint avec sa langue, au Jardin des Plantes à Paris, le 14 mars. Photo: AFP/VNA/CVN

Depuis l’espace sécurisé réservé aux soigneurs, la jeune femme entame l’entraînement médical de Nénette, munie d’une cuillère en bois. Séparée par une grille, elle lui demande de toucher la cuillère avec différentes parties de son corps. "Montre-moi ton oreille. Très bien. Bravo ma chérie", lui dit-elle en la récompensant avec un petit morceau de gâteau. "On fait l’épaule, jolie fille?". Ce "training" quotidien permet de faciliter l’administration de soins à l’animal à travers la grille mais aussi de diminuer l’appréhension des orangs-outans face à l’homme et de les distraire.

"Nénette et moi on se connaît depuis vingt ans", raconte la soigneuse. "Avant elle était vicieuse, surtout avec les filles. Si elle pouvait réussir à nous choper, elle le faisait", attrapant chaussures ou doigts, détaille-t-elle. Nénette compte quelques accidents à son actif. Car si elle n’est pas très grande (environ 1,10 mètre), elle pèse entre 65 et 70 kilos et sa force musculaire est très importante, comme celle des autres orangs-outans. "Depuis une petite dizaine d’année, Nénette a changé et elle est devenue tranquille". "Elle a atteint l’âge de la sagesse", dit Christelle Hano.

Côté cœur, Nénette a connu trois mâles. Ses quatre fils sont désormais morts mais elle est grand-mère. Patronne du groupe d’orang-outan de la singerie jusqu’à 2015, elle est à présent dominée par une autre femelle et un mâle. Elle dispose d’une loge indépendante pour ne pas être importunée. Côté santé, Nénette a dû être opérée d’un grave abcès à l’abdomen en 2007. Elle est atteinte d’hypothyroïdie et on la traite depuis trois ans avec du Levothyrox. Nénette souffre aussi d’arthrose à la hanche et est soignée pour cela. "On la gère comme une personne âgée", résume Norin Chaï.

AFP/VNA/CVN



 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le ravioli du village de Kênh, une saveur naturelle

Le delta du Mékong laboure le sillon de l’agrotourisme Depuis quelques années, de nouvelles formes de tourisme qui mettent un accent particulier sur le vécu authentique de la nature et de la culture s’implantent à leur rythme dans le delta du Mékong, grenier de riz du Vietnam. Les offres se sont multipliées autour du thème de l’agriculture mais cette dynamique est loin d’atteindre sa maturité.