13/08/2018 22:47
La ville côtière de Dà Nang prévoit d'investir dans le ramassage et traitement des déchets en modernisant les points de collecte pour un environnement plus vert et propre.
>>Dà Nang cherche à sauver ses plans d’eau
>>Dà Nang: un cours d’entraînement au recyclage du plastique destiné aux jeunes

La surcharge des points de collecte des déchets affecte notablement la vie des habitants à Dà Nang. Photo: Trong Dat/VNA/CVN

Ces derniers temps, les habitants de certaines rues et arrondissements de la ville se plaignent de la pollution environnementale causée par le trop-plein de déchets non traités qui s’empilent dans les décharges publiques.

Les rues de Trân Thanh Tông, Pham Huy Thông, Nai Hiên Dông, Mân Thai, Tho Quang sont les points dits chauds où se concentrent le plus grand nombre de sites de récupération d’ordures. "Bien que la compagnie ait confié aux 280 employés de ramasser les ordures dans tous les coins de la ville, la situation peine a s’améliorer à cause d’une quantité de déchets trop importante", a fait savoir le directeur général adjoint de la Compagnie municipale par actions d'environnement urbain de Dà Nang, Trân Van Tiên.

Nécessité d'un point de collecte high-tech

L'arrondissement de Son Trà en est un parfait exemple. Il dispose en effet à l'heure actuelle de 37 sites de collectes de déchets avec près d’une vingtaine de poubelles, affectant ainsi la vie quotidienne des habitants des alentours. Selon M. Tiên, pour palier à ce problème, il est nécessaire de construire dans l'arrondissement de Son Trà un point de collecte "high-tech" d'une superficie de 700 m² doté de nouvelles technologies capables de traiter 150 tonnes par jour et d'équiper les camions poubelles pour assurer le ramassage des détritus.

Le fond d'investissement prévu de ce projet est d'environ 42 milliards de dôngs. "Une fois que le Comité populaire de la ville accepte ce plan, la majeure partie des ordures sera alors traitée et son volume se verra par conséquent, considérablement réduit", a affirmé Trân Van Tiên.

Dà Nang nécessite d'investir dans les technologies modernes pour transformer les déchets, assurer l'hygiène urbaine. Photo: Quôc Viêt/VNA/CVN

D'après la Compagnie par actions d'environnement urbain de Dà Nang, en 2017, elle a acheté et équipé un lot de 8 camions-compacteurs à ordures et de ramassage, d'une capacité de 400-800kg chacun. Près de 1.000 poubelles de 240 litres par unité et 200 poubelles de 660 litres ont également été installées dans l'ensemble de la ville.

"La ville nécessite d'élargir ses points de collectes mais surtout de les éloigner des zones résidentielles. Il faut investir dans les technologies modernes pour transformer les déchets, assurer l'hygiène urbaine tout en contribuant à la protection de l'environnement de la ville" a suggéré le directeur général de ladite compagnie, Dang Duc Vu.

Récemment, le Service des ressources naturelles et de l'environnement a confié à la compagnie l’élaboration d’un plan détaillé sur l'investissement des véhicules modernes et le développement des décharges publiques à soumettre au Comité populaire de la ville de Dà Nang. 

Thu Hà Ngô/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Le Le tourisme humanitaire, aussi appelé "volontourisme", est une forme de voyage qui concilie mission humanitaire et tourisme. Il se développe au Vietnam, notamment dans les localités montagneuses du Nord.