24/05/2021 14:14
À partir du 12 octobre 2021, le Vietnam ne bénéficiera plus du système des préférences tarifaires généralisées de l'Union économique eurasienne.
>>La coopération parlementaire efficace contribue à resserrer les liens Vietnam - Russie
>>Vietnam - Russie : promotion de la coopération multiforme
>>De belles opportunités pour les entreprises vietnamiennes en Russie

Manutention de produits d'import-export au port Tân Cang à Hai Phong (Nord).
Photo : An Dang/VNA/CVN

Selon le Centre pour l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et l'intégration relevant de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Vietnam, à partir du 12 octobre 2021, le Vietnam ne bénéficiera plus du système des préférences tarifaires généralisées (SPG) de l'Union économique eurasienne (UEE).

Nguyên Thi Thu Trang, directrice du Centre pour l'OMC et de l'intégration, a recommandé aux entreprises qui exportent des marchandises vers les marchés de l'UEE, notamment la Russie - le plus grand partenaire économique du Vietnam au sein de l’UEE - de prêter attention à ce délai et d'ajuster ainsi leurs stratégies d’exportation.

Les exportateurs vietnamiens doivent également se renseigner sur les taux d'imposition préférentiels et les règles d'origine pour profiter des préférences tarifaires de l'Accord de libre-échange entre le Vietnam et l’UEE pour remplacer le SPG, a-t-elle suggéré.

L’UEE regroupe la Russie, la Biélorussie, le Kazakhstan, l’Arménie et le Kirghizistan. Le Vietnam a signé un accord de libre-échange avec ce bloc en mai 2015. Le SPG accordé par l'UEE au Vietnam aurait dû prendre fin juste après l'entrée en vigueur de cet accord de libre-échange en 2016. Cependant, l'UEE a approuvé une prolongation de cette période pour cinq ans supplémentaires.

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.