12/08/2018 00:13
Le Myanmar et le Bangladesh ont convenu qu'il devrait y avoir un rapatriement rapide des réfugiés ayant fui l'État de Rakhine au Myanmar vers le Bangladesh en raison des conflits dans cette région. 

>>Le Myanmar et le Japon discutent de la crise des Rohingyas
>>L'ONU appelle à une aide internationale accrue aux réfugiés rohingyas
>>Le chef de l'ONU félicite le Bangladesh "d'avoir ouvert ses frontières" aux réfugiés rohingyas
 

Des réfugiés rohingyas dans un camp près des frontières avec le Bangladesh.

Photo  AFP/VNA/CVN


Cette déclaration a été donnée après une réunion ministérielle entre le ministre du Bureau des conseillers d'État du Myanmar, U Kyaw Tint Swe, et le ministre des Affaires étrangères du Bangladesh, Abul Hassan Mahmood Ali, tenue le 10 août à Nay Pyi Taw. 

Les deux parties sont parvenues à des consensus concernant l'établissement de centres d'accueil et camp de transit, la lutte contre le terrorisme, le trafic de drogue à la frontière et le rapatriement des réfugiés vivant le long de la frontière commune des deux pays. 

En outre, elles ont convenu de réviser la langue utilisée dans les cartes d'identité délivrées aux réfugiés vivant actuellement à Cox's Bazar du Bangladesh et d'organiser une inspection commune de la ligne de démarcation entre les bornes frontalières BP34 et BP35. 

Le 25 août 2017, des terroristes de l'Armée du salut des Rohingyas de l'Arakan ont lancé des attaques contre des postes de police dans l'État de Rakhine au Myanmar, obligeant un grand nombre d'habitants des régions frontalières à s'enfuir au Bangladesh.

En novembre 2017, le Myanmar et le Bangladesh ont parvenu à un accord sur les dispositions concernant le retour des personnes déplacées dans l'État de Rakhine.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Deux ophtalmologues suisses en mission bénévole à Hanoï

Le développement du tourisme Actuellement, le tourisme intelligent constitue une tendance inéluctable au Vietnam. Ce type de voyage recourt à l’application des technologies de l’information et de la communication à son essor et attache les intérêts des voyageurs à ceux de l’administration et des entreprises.