19/01/2020 13:11
Pendant Eurosonic, festival défricheur à Groningue (Pays-Bas), on repère assez vite leurs silhouettes au fil des salles disséminées dans le vieux centre-ville : les programmateurs d'autres scènes de musiques actuelles sont venus dénicher les pépites.
>>Des scientifiques découvrent les accords magiques de la pop
>>Une Japonaise remporte le Concours international de jeunes chefs d'orchestre 

Le groupe de rap de l'Ukrainienne Alyona Alyona au festival de Eurosonic à Groningue (Pays-Bas). Photo : AFP/VNA/CVN

Le rendez-vous est "idéalement situé mi-janvier, après la trêve des confiseurs c'est le retour aux affaires, on a +booké+ les têtes d'affiche et on vient chercher des découvertes européennes ici" explique Kem Lalot, programmateur des Eurockéennes de Belfort, dans l'Est de la France.

Avec près de 350 groupes/artistes en quatre jours, les programmateurs ne restent pas longtemps devant un show. Malgré leurs déambulations incessantes sous la pluie fine de Groningue et dans les salles, ils reviennent cependant dans les radars : barbe de bûcheron et casquette style US pour Kem Lalot, bonnet flashy et cheveux longs bouclés pour Ségolène Favre Cooper, programmatrice du MaMA festival de Paris, tignasse blanche et lunettes à montants bleus pour Jean-Louis Brossard, patron des influentes Trans Musicales de Rennes.

Le tempo est donc ultra-rapide. "Au bout de deux morceaux, le groupe peut t'accrocher, mais même si tu es accroché, il y a tellement de trucs en face... c'est un zapping continuel, décrit Kem Lalot. Je reste très rarement à un concert en entier, sauf en fin de journée car j'en ai plein les bottes (rires), mais sinon, c'est 10, 20 minutes".

"En voir un maximum"

"On est là pour essayer d'en voir un maximum, l'idée n'est pas de juger l'entièreté du concert mais de voir si ça prend avec le public, même si des fois tu restes happée et tu ne bouges plus alors que tu étais partie pour rester dix minutes", raconte Ségolène Favre Cooper.

Dans la catégorie machine à ingurgiter des concerts, Jean-Louis Brossard se pose là. "Hier j'ai vu plus d'une vingtaine de groupes, dont quatre malheureusement programmés à la même heure, mais j'ai réussi à les voir, j'étais content!", lance-t-il à l'AFP en milieu de journée chez un disquaire devant un mini-concert de démonstration (l'essentiel de la programmation se déroule entre 20h00 et 1h00). On l'a vu aussi arrêter sa course folle pour profiter en fin de nuit du set de DC Salas, un DJ passé par les Trans cet hiver.

Car le boss des Trans aime bien aussi aller voir ses "bébés", ces nouveaux venus qu'il a déjà programmés l'année écoulée, pour voir "comment ça se passe avec le public, s'il y a du monde, si les gens sont accrochés, c'est ça qui me plaît". Même s'il reste concentré sur la pêche aux perles rares. "Je débute ma programmation des prochaines Trans, je ne dirai pas le nom, mais j'ai +booké+ un artiste hier", lâche-t-il entre deux bouffées de cigarettes.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite culturelle pour les diplomates à Hanoï

Bien plus qu’une simple lumière dans la nuit Le phare de Vinh Thuc est l’un de ceux - il y en a plus de 90 - qui éclairent les côtes et les îles vietnamiennes. Situé au large de la province de Quang Ninh, il étend sa lumière protectrice sur les eaux qui l’entourent. Mais un phare, c’est aussi un gardien.