14/06/2017 17:21
Les équipes de secours peinaient mercredi 14 juin à atteindre des zones reculées du Bangladesh au lendemain des "pires glissements de terrain de son histoire" dus à la mousson qui ont tué au moins 145 personnes et fait des dizaines de disparus.
>>Au moins 35 morts dans des glissements de terrain au Bangladesh

Des équipes de secours recherchent des victimes d'un glissement de terrain provoqué par la mousson, le 13 juin à Rangamati, au Bangladesh.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le bilan humain pourrait être amené à s'alourdir car plusieurs zones sont encore coupées du monde mais il s'agit d'ores et déjà des "pires glissements de terrain de l'histoire du pays", a estimé Reaz Ahmed, directeur de l'autorité de gestion des catastrophes.

Dans la nuit de lundi 12 à mardi 13 juin, des éboulements provoqués par des précipitations torrentielles ont enseveli des centaines de maisons à flancs de collines dans des districts reculés du sud-est du pays.

"Des gens nous ont appelés depuis plusieurs endroits en rapportant que des personnes avaient été ensevelies. Mais nous n'avions pas assez d'hommes à envoyer", a déclaré Didarul Alam, chef des pompiers du district de Rangamati.

"Nous n'avons pas réussi à atteindre certains des coins les plus reculés en raison de la pluie. Et même dans les endroits où nous sommes arrivés, nous n'avons pas pu dégager tous les corps", a-t-il ajouté.

Une survivante a relaté comment sa famille s'était abritée dans la maison d'un voisin après que leur domicile se fut effondré. Mais un deuxième éboulement les a fauchés.


"Plusieurs autres familles s'étaient réfugiées là-bas, mais juste après l'aube une partie de la colline est tombée sur la maison. Six personnes manquent toujours à l'appel", a raconté depuis l'hôpital Khatiza Begum à un média numérique local.

À Rangamati, région la plus touchée, 98 personnes sont mortes et 200 autre sont blessées - dont certaines grièvement -, a indiqué le chef du district Manzurul Mannan.

Ces précipitations surviennent deux semaines après le passage du cyclone Mora, qui a tué au moins huit personnes et endommagé des dizaines de milliers d'habitations.

Chaque année, l'Asie du Sud est frappée par des inondations et des glissements de terrain dûs à la mousson.

Plus de 200 personnes ont ainsi perdu la vie le mois dernier au Sri Lanka dans les pires inondations sur l'île de l'océan Indien depuis plus d'une décennie.
 
AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

À Phan Thiêt, le nuoc mam a son musée Le nuoc mam est indissociable de la gastronomie vietnamienne. La naissance d’un musée spécifique à Phan Thiêt montre son importance dans la culture millénaire du pays.