28/10/2018 18:54
L'Espagnol Maverick Vinales a remporté dimanche 28 octobre le Grand Prix d'Australie, dans la catégorie MotoGP, devant les Italiens Andrea Iannone (Suzuki) et Andrea Dovizioso (Ducati), alors que les deux pilotes Honda ont abandonné.
>>MotoGP: Dovizioso (Ducati) encore en tête aux essais libres 3 du GP du Japon
>>MotoGP: une petite ville de Thaïlande, transformée en capitale du sport, accueille le Grand Prix

L'Espagnol Maverick Vinales (Yamaha) célèbre sa victoire en MotoGP sur le podium du GP d'Australie, à Phillip Island, le 28 octobre.
Photo: AFP/VNA/CVN

Sur le circuit de Phillip Island, près de Melbourne, Yamaha a renoué avec la victoire, qui lui échappait depuis 25 courses et un succès mémorable du "Docteur" Valentino Rossi à Assen, à l'été... 2017.

Quant à Vinales, il ne s'était plus imposé depuis le GP de France, quelques semaines plus tôt, la même année, mais était déjà monté sur le podium en 2018. "Notre moto peut encore être améliorée, on devrait être bien pour la course...", prévoyait-il samedi 27 octobre. Il avait raison.

Très mal parti, Vinales pointait à la 9e place dans le premier tour. Il a ensuite entamé une belle remontée et était aux commandes dès le 9e tour, creusant lentement mais sûrement un écart insurmontable par ses rivaux. Jusqu'à trois secondes d'avance avant le dernier baroud de Iannone, très en verve lui aussi, pendant les derniers tours.

Déjà assuré d'un cinquième titre mondial en MotoGP, et parti en pole position, l'Espagnol Marc Marquez (Honda) a dû abandonner à la suite d'un accrochage avec Johann Zarco (Yamaha Tech3).

Le pilote français, éjecté de sa moto à près de 300km/h, a été surpris par le freinage de Marquez, juste devant lui dans la ligne droite des stands, au début du 5e tour, mais il n'a pas été blessé dans cette chute très spectaculaire.

"On est en train de redescendre de notre cauchemar, parce que notre pilote est quand même descendu en marche à 300km/h", a confié Hervé Poncharal, le patron de Tech3, interrogé par Eurosport après l'arrivée. "C'est dommage, car je pense que notre choix de pneus était le bon", a-t-il ajouté, sans vouloir critiquer Marquez.

Comme Marquez a abandonné, l'arrière de sa moto étant trop abîmé, et comme Dani Pedrosa a chuté, histoire de conclure péniblement sa dernière saison en MotoGP, avant de devenir pilote d'essai KTM, l'écurie Honda Repsol va repartir d'Australie bredouille. Le titre mondial des constructeurs est reporté au moins d'une semaine car Ducati, en nets progrès, a marqué de gros points.

"Dovi" futur dauphin?

Au terme d'une course disputée sous un soleil revenu, après deux jours de vent froid et d'averses, les places d'honneur ont été prises par Alvaro Bautista, le remplaçant de Jorge Lorenzo chez Ducati, Alex Rins, l'autre pilote Suzuki, et par le vétéran Rossi, 39 ans, six fois vainqueur sur cette piste très exigeante et monté 15 fois sur le podium en 18 visites.

Le héros local, l'Australien Jack Miller, a fait plaisir à ses fans en prenant un très bon départ avant de rentrer dans le rang. C'est mieux que Danilo Petrucci (Ducati Pramac), auteur d'un superbe envol conclu par un tout-droit, dans les graviers, dès la première courbe rapide. L'Italien a finalement pris les points de la 12e place.

Au classement du championnat, derrière Marquez, déjà assuré de son cinquième sacre dans la catégorie-reine, Dovizioso a repris un peu de marge pour la place de dauphin, par rapport à Rossi. Il reste deux manches à disputer d'ici mi-novembre, en Malaisie et à Valence, pour la grande finale en Espagne.

En Moto2, le Sud-Africain Brad Binder (KTM) s'est imposé au terme d'une course intense, alors que les deux derniers candidats au titre mondial, le Portugais Miguel Oliveira (KTM), 11e, et l'Italien Francesco Bagnaia (Kalex), 12e, se sont neutralisés.

Enfin, en Moto3, l'Espagnol Albert Arenas (KTM) est sorti de nulle part pour gagner devant les favoris alors que son compatriote Jorge Martin (Honda), parti en pole position mais 5e après une course en forme de yo-yo, a quand même creusé l'écart sur l'Italien Marco Bezzecchi (KTM) qui a chuté à cause d'un pilote aussi audacieux qu'imprudent.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le Musée des beaux-arts de Hô Chi Minh-Ville, destination favorite des touristes

Appliquer les TI pour dégager les difficultés du tourisme Au cours des dernières années, le tourisme a connu un taux de croissance plus élevé que celui de l’économie nationale. Cependant, il sera très difficile pour le secteur de maintenir son taux de croissance actuel car il est confronté à un certain nombre de lacunes en termes de politique de visa et d’infrastructures aériennes.