27/07/2020 18:20
À 41 ans sonnés, Valentino Rossi a montré dimanche 26 juillet qu'il est encore capable de terminer sur un podium de MotoGP mais aussi de se faire du souci pour les jeunes pilotes qu'il parraine au sein de son écurie "VR46".
>>MotoGP : la consécration, enfin, pour Fabio Quartararo
>>Fabio Quartararo en pole pour le 1er GP de la saison

Le multiple champion italien Yamaha Valentino Rossi fête sa 3e place au GP moto d'Andalousie à Jerez de la Frontera, le 26 février.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le septuple champion du monde en catégorie reine Valentino Rossi a terminé 3e sur le circuit de Jerez dimanche 26 juillet après s'être longtemps accroché à la 2e place derrière le vainqueur Fabio Quartararo. Le Français a quasiment la moitié de son âge et avoue sans fard que Valentino est son idole depuis l'enfance.

S'il ne montre aucunement l'intention de raccrocher -même si le même Quartararo le remplacera l'an prochain au sein de l'écurie d'usine Yamaha- "Vale" vibre aussi pendant chaque Grand Prix pour toute la bande de jeunes pilotes qu'il fait courir au sein de sa propre équipe.

"Je suis si fier de mes gars car nous avons une excellente relation. Ils ne renoncent jamais et d'être avec eux me rend moins vieux, ou disons, plus jeune", souligne-t-il. Mais dimanche 26 juillet il a été plus que servi...

C'est d'abord Celestino Vietti, 18 ans, qui a terminé 3e dans la catégorie tremplin Moto3. Rossi a révélé qu'il s'était coupé la main en débouchant la bouteille de champagne sur le podium et que sa blessure a nécessité une vingtaine de points de suture. "C'est un désastre", a-t-il déploré.

Ensuite, ce sont Luca Marini -son demi-frère âgé de 22 ans- et Marco Bezzechi, 21 ans, qui lui ont fait des frayeurs. Respectivement 2e et 3e de la course Moto2, ils ont tous les deux terminé dans le bac à gravier sitôt la ligne d'arrivée franchie après s'être congratulés un peu trop vigoureusement alors qu'ils étaient toujours au guidon de leurs motos.

Patatras, les deux ont chuté mais avec plus de poussière que de mal car ils sont remontés sur leurs engins pour rejoindre le podium. "Quand j'ai vu mes deux motos dans le gravier, je me suis dit +c'est pas vrai+", a concédé "papa" Rossi. "J'ai vu mon frère après dans le parc fermé et je lui ai dit +pas d'autres bêtises, ça suffit+". Mais le vrai potache n'est peut-être autre que Valentino lui-même.

Après sa 3e place en MotoGP, qui est pour lui "presque comme une victoire" car c'est son premier podium depuis avril 2019, il s'est arrêté sur le bord de la piste et a salué comme au bon vieux temps des gradins... totalement déserts car la course avait lieu à huis clos pour cause de coronavirus.

"C'est pour tous ceux qui ont dû rester chez eux", a-t-il dit ensuite, hilare, en conférence de presse, paraissant pour le compte presque plus jeune que Quartararo, assis à côté de lui.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les maquereaux séchés, la fierté de Dô Son

Hô Chi Minh-Ville promeut le tourisme médical L’offre médicale et de bien-être est prise en haute considération dans les stratégies de développement du tourisme de la mégapole du Sud. Le nombre de visiteurs profitant d’un voyage pour se faire soigner en ville ne cesse de croître.