13/10/2018 15:53
Le président sud-coréen Moon Jae-in a appelé Washington vendredi 12 octobre à avancer vers une déclaration officielle de la fin de la guerre de Corée, réclamée par la Corée du Nord, au moment où les deux alliés semblent de plus en plus diverger sur Pyongyang.
>>Le président sud-coréen optimiste quant aux chances de paix dans la péninsule coréenne
>>Les États-Unis renouent le dialogue direct avec la Corée du Nord
>>Dénucléarisation: un émissaire américain visitera la Corée du Sud, la Chine et le Japon

Le président américain Donald Trump a rencontré à New York le président sud-coréen Moon Jae-in. Photo: AFP/VNA/CVN 

Washington rechigne à une déclaration de paix pour mettre fin à la guerre  qui s'est achevée en 1953 sur une armistice, demandant au préalable que le Nord prenne davantage de mesures pour la dénucléarisation.

Pyongyang, qui explique de longue date avoir besoin d'un arsenal nucléaire pour se défendre contre une invasion américaine, a promis seulement d'œuvrer vers la dénucléarisation de la "péninsule coréenne". Il réclame des mesures simultanées à Washington, au premier chef une déclaration de paix.

"Le Nord a arrêté tous ses tests nucléaires et balistiques, démantelé son seul site d'essais nucléaires et démantèle à présent ses infrastructures de tests de moteurs de missiles, et promet des mesures en vue du démantèlement de son complexe nucléaire de Yongbyon si les Etats-Unis prennent des mesures correspondantes", a déclaré M. Moon à la BBC.

"Déclarer la fin de la guerre constituerait une déclaration politique selon laquelle les États-Unis mettent un terme à des décennies de relations hostiles avec le Nord", a-t-il poursuivi. "Se diriger vers un tel processus est la mesure correspondante que les États-Unis doivent adopter", a-t-il dit, selon une transcription fournie par la présidence sud-coréenne.

Ces commentaires illustrent les divergences croissantes entre Séoul et Washington, qui stationne 28.500 soldats en Corée du Sud pour la défendre de son voisin du Nord.

D'après les spécialistes, les mesures prises par le Nord n'auront que peu d'impact sur ses capacités militaires. Pyongyang a lui-même dit qu'il n'a plus besoin de tester ses armements.

M. Moon est le principal architecte de la spectaculaire détente en cours avec le Nord, qui est soumis à de multiples sanctions de l'ONU du fait de ses programmes nucléaire et balistique. Il s'est rendu à Pyongyang le mois dernier pour son troisième sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un.

Les États-Unis, en pointe des efforts internationaux menés en 2017 pour faire pression sur l'économie nord-coréenne, refusent un allègement des sanctions tant que le Nord n'aura pas procédé à une "dénucléarisation finale et entièrement vérifiée".

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vi Khê, le berceau de l’horticulture vietnamienne

À la recherche d'une stratégie pour optimiser les potentiels touristiques Une stratégie visant à développer un tourisme adapté au changement climatique dans le delta du Mékong est en cours d'élaboration, dans le but d'exploiter pleinement le potentiel local.