02/03/2019 17:15
L'Italie et la France, deux pays historiques de la piste, ont fait entendre leurs hymnes nationaux, vendredi 1er mars, aux Mondiaux sur piste de Pruszkow (Pologne) où la Néerlandaise Kirsten Wild a confirmé son titre de l'omnium.
>>Cyclisme: Alaphilippe enlève la 2e étape du Tour de San Juan, Sagan 3e
>>Cyclisme sur piste : François Pervis, la perte de vitesse aux Mondiaux

L'Italien Filippo Ganna, médailles d'or de la poursuite individuelle sur piste à Pruszkow, le 1er mars 2019.
Photo: AFP/VNA/CVN

En parallèle, l'Italie et la France ont décroché à la fois l'or et le bronze, respectivement dans la poursuite individuelle et le kilomètre. Mais ces deux épreuves de référence du cyclisme ne figurent plus au programme des JO.

Pour gagner son troisième titre de la poursuite, Filippo Ganna a signé un "chrono" d'exception en qualifications, le plus rapide de l'histoire au niveau de la mer (4 min 07 sec 456). L'Italien a même frôlé de deux dixièmes de seconde le record du monde des 4 kilomètres établi en altitude, à Aguascalientes (Mexique).

En finale, le grand gabarit (1,93 m) recruté par l'équipe Sky pour la route a surclassé l'Allemand Domenic Weinstein, dans la réédition de la finale des Mondiaux 2016 à Londres. Son compatriote Davide Plebani, pour la première fois à ce niveau, a complété le podium.

Après la course, Ganna (22 ans) a remercié notamment son compatriote Elia Viviani, qui s'est forgé lui aussi un palmarès sur la piste (champion olympique de l'omnium) avant de se consacrer à la route: "Bien qu’il soit à l’autre bout du monde, il n’a pas manqué de m'appeler au téléphone et il m'a donné de précieux conseils".

Sur le kilomètre, la France a occupé le podium avec Quentin Lafargue (1er) et Michael d'Almeida (3e). Le vétéran néerlandais Theo Bos, 35 ans, s'est intercalé, un an après avoir pris la 3e place à domicile à Apeldoorn (Pays-Bas) et... quatorze ans après son unique titre mondial du kilomètre.

Deux titres pour les Pays-Bas 

L'équipe de France de cyclisme sur piste, médaillée d'argent en vitesse par équipes aux Mondiaux de Pruszkow, en Pologne, le 27 février 2019. 
Photo: AFP/VNA/CVN

Lafargue (28 ans), déjà auteur du meilleur temps des qualifications l'après-midi (59 sec 845), a bouclé la distance départ arrêté en 1 min 0 sec 029, à la moyenne de 59,971 km/h.

"C'était mon jour", a savouré le nouveau champion du monde. "Je n'ai rien lâché. J'ai perdu tellement de fois que je n'ai pas eu envie de m'enflammer" après les qualifications.

Durant cette troisième des cinq journées de compétitions, les Pays-Bas ont ajouté deux nouveaux titres à leur bilan de Pruszkow. Jan van Schip a enlevé la course aux points (non olympique) et Kirsten Wild a conservé son titre de l'omnium malgré l'opposition de la jeune italienne Letizia Paternoster (19 ans) en position de gagner jusqu'à la fin de la quatrième épreuve au programme (course aux points).

En fin de soirée, Lee Wai Sze a donné à Hong-Kong son premier titre dans la vitesse individuelle dames. Elle a disposé en deux manches de l'Australienne Stephanie Morton (28 ans), abonnée à la médaille d'argent depuis 2017 dans cette épreuve-reine.

"J'espère faire de même aux JO", a commenté Lee (31 ans) qui aura sans doute affaire aussi à l'avenir à la jeune classe du sprint. La Française Mathilde Gros et l'Allemande Lea Sophie Friedrich, toutes deux âgées de 19 ans, sont entrées pour la première fois dans le dernier carré.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le ravioli du village de Kênh, une saveur naturelle

Miêu Nôi, un haut lieu du tourisme spirituel Construit il y a près de 300 ans, Miêu Nôi constitue un héritage religieux et historique de Hô Chi Minh-Ville. Il s’agit d’un temple émergent situé au milieu de la rivière Vàm Thuât.