30/09/2019 16:30
Les éliminations et les désillusions s'enchaînent, les médailles s'éloignent : la sinistrose guette l'équipe de France qui, après une nouvelle journée noire dimanche 29 septembre, manque complètement le début de ses Mondiaux à Doha (Qatar).
>>Mondiaux d'athlétisme : Bengtsson brise sa perche puis bat le record de Suède
>>Mondiaux d'athlétisme : nouveau roi du 100 m, Coleman sort de la brume

Pierre-Ambroise Bosse à l'issue de sa demi-finale du 800m aux Mondiaux de Doha, le 29 septembre. Photo : AFP/VNA/CVN

Il n'y avait pas de grand espoir de médaille dimanche 29 septembre, mais c'est surtout une élimination qui fait mal : celle du tenant du titre du 800m Pierre-Ambroise Bosse (27 ans), incapable de se hisser au niveau des meilleurs lors de sa demi-finale.

Alors qu'il avait passé l'obstacle des demi-finales à l'arrachée en 2017 avant de remporter le titre à la surprise générale, il a cette fois subi la course et terminé 7e et dernier en 1 min 47 sec 60, loin du Bosnien Amel Tuka (1:43.65).

"J'étais vraiment en forme pourtant. Aujourd'hui c'est le jeu du 800m, j'ai trop joué. Avant la course je regarde les gens que je connais dans le public tellement je suis sûr de passer. Cette sur-confiance m'a fait défaut aujourd'hui. C'était pas physique, seulement tactique, je me suis fait piéger. Mais je garde la tête haute", a déclaré Bosse après son 800m au cours duquel il a longuement couru à l'extérieur, usant ses forces avant la fin de course.

"On est loin d'être finis" 

L'échec du médaillé de bronze de l'Euro de Berlin en 2018 semble inscrit dans la spirale négative des Bleus, toujours sans médaille depuis le début de ces championnats.

"Il faut arrêter de parler de spirale. J'ai foi dans les athlètes suivants, ils vont mettre un bâton dans l'engrenage et faire tourner la spirale dans l'autre sens. L'équipe de France est belle", a-t-il positivé.

"Hier on était avec (Pascal) Martinot-Lagarde et compagnie, on a juste notre sourire qui a baissé petit à petit car ce sont des amis qu'on a vu éliminés, Jimmy (Vicaut), Alexandra (Tavernier)... Mais on est fort et on va le démontrer, on est loin d'être fini même dans ce championnat. Je vous garantis qu'il y aura des médailles et des belles, peut-être même des surprises."

Bosse s'ajoute donc aux déconvenues des Bleus au lendemain d'une journée noire, notamment pour deux des locomotives habituelles de l'équipe : le champion olympique 2012 et recordman du monde de la perche Renaud Lavillenie a été éliminé en qualifications, et le tenant du titre du 50km marche Yohann Diniz a abandonné dans la première partie de course, vaincu par la chaleur. Le tout sans compter sur les éliminations prématurées de Rénelle Lamote (800m), Jimmy Vicaut (100m) et Ludvy Vaillant (400m haies), et la déception d'Alexandra Tavernier (6e au marteau).

"Beaucoup de stress" 

Et le ciel s'annonce couvert pour l'équipe de France les jours qui viennent : ils sont sûrs à cause des éliminations de rester bredouilles lundi 30 septembre avant de compter mardi 1er octobre sur un authentique mais improbable exploit (Valentin Lavillenie à la perche ou Alexie Alaïs au javelot) pour décrocher un premier podium.

Dimanche 29 septembre, le seul sourire en zone mixte est venu avec la perchiste Ninon Guillon-Romarin, 12e d'une finale très relevée (remportée par la Russe Anzhelika Sidorova avec 4,95m) en ayant passé 4,70m, égalant son meilleur saut de la saison.

Le Français Mouhamadou Fall (droite) lors de sa série du 200m aux Mondiaux de Doha, le 29 septembre. Photo : AFP/VNA/CVN

Plus tôt dans la soirée, le sprinteur Mouhamadou Fall s'est fait éliminer dès les séries du 200m en courant très loin de son niveau (4e en 20.63, alors qu'il a un record en 20.34), une distance sur laquelle le médaillé de bronze olympique Christophe Lemaitre avait décidé de faire l'impasse, faute d'une forme suffisante.

"Je me suis dit, allez il y a eu des désillusions, essaie de redonner un peu de soleil, a expliqué Fall (27 ans) en zone mixte. Au final, moi aussi je m'inscris sur la liste des désillusions. En tout cas je n'ai pas créé d'exploit..."

"Par rapport à l'Euro par équipe à Bydgoszcz (en Pologne en août) l'ambiance n'a rien à voir. Il y a beaucoup de stress, on voit que ce n'est pas aussi +ouvert+ que d'habitude, on n'est pas aussi joyeux, mais ça se comprend. C'est pas terrible pour l'équipe de France en ce moment".
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Franconomics 2019 : entreprises, universités et localités se relient

Pour la première fois, le Vietnam a un jet privé desservant Côn Dao Le Six Senses Con Dao (de la province de Bà Ria - Vung Tàu), un ressort unique de cinq étoiles situé sur l'archipel de Côn Dao, a annoncé récemment la création d'un service d'aviation privé destiné à accueillir les voyageurs les plus exigeants du monde dans cet archipel.