09/10/2020 22:20
À 36 ans, Thiago Silva s'est fixé un ultime défi : participer en 2022 à sa quatrième Coupe du monde. L'emblématique défenseur brésilien a donc choisi de rester compétitif en rejoignant Chelsea, une décision saluée par le sélectionneur Tite... qui ne lui garantit néanmoins aucun passe-droit.
>>Mercato sans vague en Europe, en attendant Cavani
>>PSG : dernier test réussi pour les adieux de Thiago Silva au Parc

Le défenseur Thiago Silva sous le maillot du Brésil contre le Pérou à la Copa America le 22 juin 2019 à la Corinthians Arena à Sao Paulo.
Photo : AFP/VNA/CVN

Plutôt qu'une retraite dorée en Chine, objectif Qatar : l'ancien capitaine du Paris SG a été séduit par le discours du coach londonien Frank Lampard, qui s'était aussi offert un dernier challenge en Premier League au même âge, en signant à Manchester City en 2014, après 13 ans de bons et loyaux services chez les "Blues".

"Dans le football, il y a de très fortes idées préconçues sur l'âge des joueurs. Mais je connais son expérience lorsqu'il est arrivé à Manchester City. Il a enduré le même genre de choses que moi", a commenté Thiago Silva lors d'un entretien au site officiel du club londonien.

Thiago Silva a signé à Chelsea pour un an, avec l'option pour une saison supplémentaire et le Qatar en ligne de mire, même s'il aura 38 ans en 2022.

"L'idée de jouer la prochaine Coupe du monde me motive énormément, je veux arriver en forme et Chelsea me donne une grande opportunité de continuer à jouer au plus haut niveau", a-t-il estimé.

Une bourde pour commencer 

Son choix a été validé par Tite, qui s'est félicité de le voir jouer dans un "grand club, dans un championnat compétitif" et n'a pas hésité à l'appeler pour les premiers matches de qualifications pour le Mondial, contre la Bolivie et le Pérou, vendredi 8 octobre et mardi prochains 13 octobre.

Mais le sélectionneur brésilien n'a pas l'intention de lui faire de cadeau.

"C'est important de jouer au haut niveau pour être prêt pour jouer en sélection. S'il était allé en Chine, le niveau aurait été différent. Mais (à Chelsea), il sera mis à l'épreuve et s'il n'arrive pas à être performant, ce sera compliqué pour lui", a insisté Tite lors d'un entretien à un podcast du site Globoesporte.com.

La bourde monumentale de son défenseur central lors de son premier match avec les "Blues", contre West Bromwich (3-3), n'a pas dû le rassurer.

Thiago Silva avait ensuite tenu à remettre les pendules à l'heure, assurant qu'il n'était pas venu en Angleterre "pour dîner à Londres ou pour visiter des sites touristiques".

C'est finalement sur le terrain qu'il a fait taire les critiques, avec un match solide lors de la victoire 4-0 sur Crystal Palace samedi dernier 3 octobre.

"Ascendant positif"

Thiago Silva, lors de la finale de la Copa America face au Pérou, le 7 juillet 2019 au stade Maracana de Rio de Janeiro.
Photo : AFP/VNA/CVN

Au Brésil, toutefois, le défenseur est loin de faire l'unanimité. "C'était un grand joueur, c'est indiscutable, mais ce n'est pas possible qu'il fasse encore une Coupe du monde", a réagi sur Instagram l'ex-milieu de terrain Neto, consultant pour la chaîne Bandeirantes, après l'annonce de la liste de Tite.

"Tant qu'il n'y a pas d'autres joueurs avec les mêmes qualités techniques, le même leadership et le même professionnalisme, il mérite d'être appelé", dit au contraire Alexandre Lozetti, spécialiste de la sélection brésilienne et commentateur de TV Globo.

Autre atout de taille du "Monstro" : son entente avec Marquinhos, le vrai patron de la défense brésilienne, avec qui il a évolué six saisons au PSG.

"On se connaît super bien, on sait ce que l'autre va faire. Malheureusement, on a dû suivre des chemins différents, mais on peut mettre notre expérience en commun au service de la sélection", a déclaré Marquinhos lundi 5 octobre en conférence de presse au centre d'entraînement de l'équipe nationale.

Pour l'instant, la concurrence n'est pas trop rude au poste de défenseur central en sélection. Eder Militao est remplaçant au Real Madrid et Felipe doit encore faire ses preuves à l'Atlético. La menace pourrait venir de Rodrigo Caio, 27 ans, talentueux joueur de Flamengo, qui manque toutefois d'expérience.

Thiago Silva, 89 matches internationaux au compteur, n'est pas le seul papy brésilien à faire de la résistance : Dani Alves, 37 ans (39 en 2022), qui évolue au Sao Paulo FC, rêve lui aussi du Qatar.

Très peu de défenseurs ont été titulaires en Coupe du monde à des âges aussi avancés. Le Colombien Mario Yepes (2014) et le Mexicain Rafa Marquez (2018) ont joué leur dernier Mondial à 38 et 39 ans, tous deux éliminés par le Brésil... de Thiago Silva.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ambiance "électropicale" dédiée aux jeunes francophones

Le nombre de touristes étrangers au Vietnam diminue de 76,6% en onze mois Le nombre d'arrivées internationales au Vietnam en novembre a connu une augmentation de 19,6% par rapport à octobre mais a baissé de 99% en variation annuelle.