31/05/2015 08:43
Afin de devenir une étape incontournable pour les voyageurs qui visitent le Nord-Ouest du Vietnam, le district de Môc Châu (province de Son La) doit réformer son modèle touristique en profondeur. Détails.
>>Afin d'attirer davantage d’investissement au Nord-Ouest
>>Appel à l'investissement de Son La dans des projets clés
>>Développer le tourisme de la région Nord-Ouest élargie
>>Faire de Môc Châu un pôle touristique du Nord-Ouest

Plantations de théier sur les collines en formes particulières afin d’attirer les touristes. Photo : Chinh Toi/ VNA/CVN

Dans la province de Son La, le tourisme n’en est qu’à ses balbutiements. Mais déjà, la concurrence est rude avec les autres régions du pays et même du monde. Les infrastructures touristiques, développées par les habitants, doivent être améliorées. Pour développer le tourisme, Son La doit accélérer la réforme de ce secteur.

«Le développement touristique de Son La, mais aussi du district de Môc Châu, passe par la présence d’un personnel mieux qualifié, commente Trân Xuân Viêt, chef du Bureau de la culture et du tourisme du district de Môc Châu. La région doit aussi mettre un point d’honneur à se faire connaître davantage dans le pays et à l’étranger». 

Tourisme communautaire

Le district de Môc Châu a donc mis l’accent, ces dernières années, sur la formation de personnel pour le secteur touristique. En 2014, il a organisé six cours de formation pour 160 guides. Vingt collaborateurs de restaurants et d’hôtels ont été envoyés à Hanoi pour acquérir de nouvelles compétences.

Pourtant, les habitants de la province de Son La, plus particulièrement du district de Môc Châu, font à 70% partie d’ethnies minoritaires. Leur modeste niveau de vie ne facilite donc pas l’amélioration de la qualité des services.

Lu Thi Huyên Mai, domiciliée dans le hameau de Ang 2, commune de Dông Sang, district de Môc Châu, est la première à avoir appliqué un modèle de tourisme communautaire pour permettre aux touristes de découvrir le mode de vie des ethnies. En 2008, elle a créé le centre touristique Hoa ban. Des jeunes du hameau ont été choisis pour y travailler. Ils ont été formés afin de préserver la culture des Thai, la danse xoè, les plats typiques, etc.

Son centre attire de plus en plus de touristes. Mme Mai encourage ses voisins à mettre sur pied un modèle touristique similaire. Plusieurs habitants souhaitent d’ailleurs participer à des cours de formation professionnelle afin de pouvoir organiser des circuits touristiques communautaires.

Un tourisme respectueux
de l’environnement


Cependant, les centres de loisirs, de villégiature et autres lieux touristiques sont construits de manière désorganisée, détruisant ainsi le paysage de Môc Châu. Régler ce problème est donc l’un des grands défis du district pour assurer son développement touristique. Ces constructions «sauvages», qui ne suivent aucun plan d’aménagement, ont  aussi un impact sur l’environnement.

Une danse de l’ethnie Dao, dans le district de Môc Châu.
Photo : Phuong Hoa/VNA/CVN

Outre sa production de thé séché destinée à l’exportation, la société Ligarden Vietnam a donné des formes particulières - en cœur ou en escargot - à ses plantations de thé sur les collines afin d’attirer les touristes.

«Les habitants qui vivent autour de ces collines ainsi que certains touristes n’ont pas encore pris conscience qu’il est nécessaire de protéger l’environnement, regrette Pham Van Son, son directeur. La région est donc polluée».

Son entreprise envisage tout de même de réaménager la colline de théiers, de créer des jardins floraux de fleurs et de construire un parking. De l’avis d’un responsable du Service de la culture, des sports et du tourisme de la province de Son La, les autorités locales et les branches concernées devraient lier la sauvegarde et la valorisation des patrimoines culturels-notamment la vie dans les hameaux-à la protection de l’environnement. Le maintien des traditions doit être introduit dans les règlements intérieurs des villages. 

Et ce même si, ces dernières années, le Service de la culture, des sports et du tourisme s’est déjà efforcé d’inciter les villageois à préserver leurs traditions et à les valoriser. En effet, des espaces culturels communautaires ont été construits ou restaurés, les sites historiques et culturels ainsi que les fêtes protégés.

Le district de Môc Châu compte actuellement 40 endroits où l’on pratique le tourisme communautaire. Durant la saison touristique, chaque famille gagne environ 20 millions de dôngs.  
 
 
Passer le cap des 3 millions de touristes en 2030

La mise en place de la zone touristique nationale de Môc Châu (voir également pages 30-31) permettra de développer le tourisme de toute la région. Divers produits touristiques liés à la nature et à la culture des ethnies seront proposés.
La province de Son La espère attirer plus de 1,2 million de touristes nationaux et étrangers en 2020, avant d’atteindre l’objectif de 3 millions en 2030. Le secteur touristique devrait réaliser un bénéfice de 1.500 milliards de dôngs en 2020 et de 6.000 milliards de dôngs en 2030. Entre 10.000 - 30.000 emplois devraient être créés dans ce secteur pour la période 2020 - 2030.
 

Huong Linh/CVN



Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Un plan quadriennal pour élargir le public francophone

Tourisme fluvial : la Colombie veut acquérir des expériences de Can Tho La Colombie souhaite coopérer avec la ville de Cân Tho dans le développement du tourisme fluvial dont le modèle de marché flottant de Cai Rang. C’est ce qu’a exprimé Claudia Liliana Zambrano Naranjo, chargé d’affaires de la Colombie au Vietnam, mercredi 22 novembre dans la ville.