31/03/2018 17:11
"Ne vous préoccupez pas de mon âge", a lancé vendredi 30 mars Zlatan Ibrahimovic à ceux qui présentent son tranfert vers le Los Angeles Galaxy et le Championnat nord-américain de football (MLS) comme une retraite anticipée à 36 ans.
>>Angleterre : Mourinho "pense" qu'Ibrahimovic va quitter Manchester en fin de saison
>>L'équipe de Beckham à Miami va intégrer le championnat nord-américain (MLS)

Le Suédois Zlatan Ibrahimovic lors d'une conférence de presse, dans son nouveau club, le Los Angeles Galaxy, en Californie, le 30 mars 2018.
Photo : AFP/VNA/CVN

Comment vous sentez-vous à 36 ans après une grave blessure à un genou et seulement sept matches disputés cette saison avec Manchester United?

Zlatan Ibrahimovic : Je me sens jeune, comme je l'ai déjà dit pas le passé, je me sens comme Benjamin Button (en référence au film L'Etrange histoire de Benjamin Button où Brad Pitt incarne une personnage qui naît vieux et qui rajeunit au fil des années, NDLR), je suis né vieux et je vais mourir jeune, ne vous préoccupez pas de mon âge, je sais que j'ai 37 ans (il en a en réalité 36, NDLR). Quand je suis arrivé en Angleterre (en 2016), tout le monde disait que j'étais vieux et que j'arrivais dans une chaise roulante, trois plus tard, j'avais conquis l'Angleterre et tout le monde disait que je survolais mes rivaux. Ce ne sont que des chiffres, je sais ce que je peux faire, je sais ce que je vais faire: gagner (...) Je suis impatient de retrouver le terrain, le rythme de la compétition: le lion est affamé.

Pourquoi avoir choisi la MLS et le Galaxy ?

Z. Ibrahimovic : Quand David Beckham est venu ici, il a boosté la popularité du club et de ce championnat. Cela a continué avec Robbie Keane et Steven Gerrard, c'est à mon tour d'apporter ma contribution. C'est un championnat compétitif, très compétitif, en plein essor. Quand j'ai été en Europe, je regardais les matches de MLS, je sais que cela grandit vite et que la MLS peur arriver au nouveau du football européen, c'est juste une question de temps. Je suis venu ici pour rendre ce championnat meilleur, être un des ces joueurs qui ont fait la différence et qui ont permis son essor. Ce transfert aurait dû déjà avoir lieu avant Manchester United (en 2016, NDLR), je voulais vraiment venir ici, mais cela ne s'est pas fait alors, cela arrive, mais c'était mon destin de venir ici, la seule question était de savoir quand cela se passerait. Los Angeles m'a appelé et j'ai répondu.

Vous devez être impatient de jouer avec votre nouvelle équipe, peut-être même dès samedi ?

Z. Ibrahimovic : Je suis comme un gamin dans un magasin de bonbons, je veux tous les manger, mais je respecterai les décisions de l'entraîneur, c'est lui le boss, s'il a besoin de moi, je serai là, s'il n'a pas besoin de moi, je serai aussi là (...) Je ne me fais aucun soucis, j'ai toujours eu de très bonnes relations avec mes entraîneurs: c'est l'entraîneur qui décide et nous les joueurs qui exécutent ses ordres et suivent sa philosophie, c'est quelque chose qu'on fait ensemble.

Propos recueillis en conférence de presse.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Thi.bli, de l’amour de la céramique à l’amour du Vietnam

Un Depuis 15 ans, chaque dimanche matin, les philatélistes de la capitale se donnent rendez-vous dans un petit café de la rue Triêu Viêt Vuong. Rassemblés sur le trottoir, ils boivent du thé et du café tout en échangeant des timbres.