02/09/2021 19:21
Tiên quân ca (Les troupes avancent), l'hymne national du Vietnam, composé par Van Cao (1923-1995) en 1944, est l'un des symboles de la fierté nationale. La chanson a traversé l'histoire depuis la fondation de la République démocratique du Vietnam (aujourd'hui la République socialiste du Vietnam).
>>L'hymne national vietnamien sur une boîte à musique de luxe suisse
>>Deux chansons immortelles de la Révolution d’août

Le compositeur Van Cao (1923-1995) et son manuscrit racontant l'histoire de l'écriture de la chanson "Tiên quân ca" (Les troupes avancent).
Photo : Tin tuc/CVN

"En novembre 1944, j'ai écrit +Tiên quân ca+ sur une pierre lithographique pour une première impression dans la rubrique +Van nghê+ (Lettres et arts) du journal +Dôc lâp+ (Indépendance) (NDLR : l’ouvrier chargé de l’écriture sur la pierre lithoraphique du journal ne savait pas écrire les notes de musique). Un mois après la parution du journal, alors que je revenais de l'imprimerie, j'ai soudain entendu le son d'une mandoline qui venait d’une maison à l’étage. Quelqu'un s'entraînait à chanter +Tiên quân ca+. Je me suis arrêté, ému. Cette émotion m'a submergé plus que toutes mes œuvres précédentes…". Voici quelques lignes extraites du manuscrit du talentueux compositeur Van Cao racontant l'histoire de l'écriture de sa chanson.

Ses paroles ont été dévoilées au public lors de l’exposition intitulée "Drapeau national, hymne national, emblème national : symboles de fierté nationale du Vietnam", inaugurée le 1er septembre 2020 à Hanoï par le Centre des archives nationales N°3.

Composée en 1944, Tiên quân ca a été adoptée comme hymne national de la République démocratique du Vietnam en 1945, puis de la République socialiste du Vietnam en 1976, après la réunification du pays.

Dès sa création, l'œuvre était considérée comme le chant officiel du Viêt Minh - Ligue ou Front pour l'indépendance du Vietnam.

Circonstances

À l'hiver 1944, Van Cao rencontre Vu Quy (ce militaire sacrifié pour la Patrie était secrétaire par intérim du Comité du Parti de Hanoï), un cadre du Viêt Minh, à la gare de Hàng Co (gare de Hanoï aujourd’hui). Vu Quy, qui connaissait Van Cao, l'encourage à créer des chants patriotiques tels que Dông Da, le chant de marche Thang Long... Il lui suggère de s'engager dans des activités révolutionnaires et le charge de composer une chanson de marche pour le Viêt Minh.

Le jeune homme de 21 ans écrit alors le chant historique dans sa maison au 45, rue Nguyên Thuong Hiên, à Hanoï. Dans ses écrits "Pourquoi j'ai écrit +Tiên quân ca+", il confie : "La chanson a été créée pendant un nombre incalculable de jours, dans une pièce étroite au 45, rue Nguyên Thuong Hiên. Je me trouvais à côté d’une fenêtre donnant sur une maison à deux étages, des rangées d'arbres et un ciel gris. D’ici, on entendait souvent les échos de chars à bœufs transportant des cadavres de gens mourant de faim vers la rue Khâm Thiên. La pluie entrait par la fenêtre, je dormais mal la nuit et entendais toutes sortes de disputes conjugales et de conversations personnelles des voisins. C’est sur place que j’ai vraiment compris les histoires de vie...", raconte-t-il. 

"… Des nouvelles venues de Nam Dinh, disant que ma mère et mes frères avaient faim. Ils cherchaient des moyens de passer la journée, comme tout le monde, attendant une mort lente, se consumant comme une bougie. L'appel à l'aide de ma mère, de mes frères, de mes neveux et nièces résonne dans notre pièce, dans mon sommeil. Tous attendaient que je trouve un moyen de les aider. Je n'ai jamais tenu une arme à feu, je n'ai jamais rejoint l’armée. Je faisais juste des chansons. Je ne connaissais pas le QG de résistance, je ne connaissais que les rues Hàng Bông, de la gare et du Petit Lac par mes habitudes. Je n'ai jamais rencontré nos soldats révolutionnaires, ni savais comment ils chantaient. Tout ce que je pouvais faire était de réfléchir à comment écrire une chanson simple, pour qu'ils puissent la chanter". 

D'où des paroles simples, éclatant d’émotion, sur une mélodie héroïque : 

"Soldats vietnamiens avançons, 
Mus par la même volonté de sauver la Patrie. 
Nos pas redoublés résonnent sur la route longue et rude...".

Et puis vient l'image du drapeau rouge à l'étoile jaune à cinq branches flottant au milieu du vert des montagnes. La mélodie de la chanson ouvrant sur un gong résonnant : 

"Soldats vietnamiens avançons, 
L'étoile d'or au vent. 
Conduisant notre peuple et notre Patrie 
Hors de la misère et des souffrances...".

Pour terminer par un ordre au point culminant, portant la marque d’un chant de marche qu'il avait composée auparavant : 

"En avant ! Tous ensemble, en avant ! 
La Patrie vietnamienne est solide et durable".  

Le compositeur poursuit dans ses écrits : "Une fois la chanson achevée, je me souviens du sourire satisfait de Vu Quy. Son visage était sombre mais ses yeux et son sourire pétillaient. C'était un jour de fin octobre 1944".  

L'écho de l'histoire 
 
"Tiên quân ca" a résonné et résonne pour toujours dans les cœurs de la nation.
Photo : Tin tuc/CVN

Le 13 août 1945, le Président Hô Chi Minh approuve officiellement Tiên quân ca comme hymne national de la République démocratique du Vietnam.

Le 17 août 1945, lors du meeting des populations de Hanoï devant l'Opéra, la chanson retentit pour la première fois devant le public.

Toujours sur la place de l'Opéra, le 19 août 1945, lors d'un grand meeting, la chorale de l’Union des jeunes pionniers l'interprète pour saluer le drapeau rouge à l'étoile jaune.

Le 2 septembre 1945, Tiên quân ca est officiellement interprété lors de la cérémonie de proclamation de l'indépendance sur la place Ba Dinh, à Hanoï, par la fanfare de l'Armée de libération.

En 1946, la première législature de l’Assemblée nationale décide de choisir Tiên quân ca comme hymne national. Dans la première Constitution du Vietnam, l'article 3 stipule : "L'hymne national est la chanson +Tiên quân ca+".

Écrivant sur le compositeur Van Cao à son décès en 1995, le général Vo Nguyên Giap (1911-2013) a déclaré : "L'artiste talentueux et exceptionnel nous manque profondément. Ses œuvres, en particulier l'hymne national, les chants épiques et lyriques, vivront pour toujours avec le temps, avec la nation, comme un point lumineux de l'art du Vietnam".

Au cours des 76 ans depuis que le Vietnam a conquis son indépendance en 1945, le drapeau national, l'hymne national et l'emblème national - les témoins et les trésors de l'histoire, traversent le parcours ardu et glorieux du pays.

L'hymne national porte l'âme sacrée des fleuves et monts du pays. Il est l'écho de l'histoire et un appel à s'avancer. Tiên quân ca a résonné et résonne pour toujours dans les cœurs de la nation, apportant la voix souveraine dans tous les événements importants de la nation.

Aujourd'hui, l'ensemble du peuple vietnamien s'engage résolument dans une nouvelle voie alors que l'intégration internationale et l'ère de la mondialisation se déroulent de plus en plus profondément avec de grandes opportunités et des défis sans précédent. Des avancements amènent le Vietnam à une nouvelle hauteur et à une nouvelle position, le tout pour un peuple riche, un pays fort, une société égalitaire, démocratique et civilisée.

Les patriotes aiment chaque mot de l’hymne national...
"Soldats vietnamiens avançons...
La Patrie vietnamienne est solide et durable".

 
Xuân Lôc/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
25 ans de coopération entre le Vietnam et Wallonie-Bruxelles : Amitié, Solidarité et progrès

Ka Lu, musée à ciel ouvert de la culture des Vân Kiêu Situé à 8 km à l’ouest du district de Dakrông, dans la province de Quang Tri, au Centre, le complexe de tourisme communautaire de Ka Lu attire les visiteurs avides de découvrir la culture traditionnelle et authentique de la minorité ethnique Vân Kiêu.