14/01/2020 14:58
Tous les objectifs fixés pour la période 2010-2020 ont été atteints avant terme. En l’espace d’une décennie seulement, la Nouvelle ruralité a permis à nos campagnes de faire peau neuve et aux personnes qui y vivent de prendre un nouveau départ.
>>Thai Binh : le district de Tiên Hai atteint les normes de la Nouvelle Ruralité
>>La nouvelle ruralité souffle un vent nouveau à Dông Nai Thuong
>>Cư Pơng, un bel exemple dans l’édification de la Nouvelle ruralité

Les routes ont été élargies, les écoles et les dispensaires modernisés… Il y avait là un vrai besoin auquel le Parti et l’État ont su parfaitement répondre.
Photo : CTV/CVN

Pour Ba Nhà, qui est un village de la grande banlieue hanoïenne, la nouvelle ruralité s’apparenterait presque à un tour de magie. Grâce aux efforts conjugués de la section du Parti, des autorités locales et des habitants, les plantations d’arbres fruitiers se sont multipliées et surtout, sont devenues nettement plus rentables. Aujourd’hui, les habitants jouissent de revenus confortables et de conditions de vie bien meilleures. Trân Dang Huu, l’un d’entre eux, se réjouit de ces améliorations tangibles. 

"Les routes ont été élargies, les écoles et les dispensaires modernisés… Il y avait là un vrai besoin auquel le Parti et l’État ont su parfaitement répondre", constate-t-il. 

La nouvelle ruralité a également permis aux habitants de Yên My, une commune de la province centrale de Hà Tinh, de sortir de la pauvreté. Nguyên Thi Thuân fait partie de ceux qui ont ainsi pu connaître un véritable décollage économique : les bestiaux, les volailles et la fruiticulture lui garantissent un revenu stable d’environ 150 millions de dôngs (6.000 euros) par an.

"Tout le monde est content, ici ! Content d’avoir une vie meilleure. Content de voir que le village s’est embelli et que l’environnement est mieux protégé", nous dit-elle.    

Grâce au soutien de la population, la nouvelle ruralité, qui est un programme national, a atteint, voire dépassé, avec près d’un an et demi d’avance, les objectifs fixés par l’Assemblée nationale pour la période 2010-2020. Actuellement, le pays compte 4.800 communes, soit 54% du total, qui sont aux normes de la nouvelle ruralité. 111 districts le sont également.

Il y a bien sûr de quoi se réjouir

Mais à ce jeu-là, les provinces de Thai Binh, Nam Dinh, Hà Nam, Hung Yên, Dà Nang, Binh Duong, Dông Nai et Cân Tho font figure de bonnes élèves puisque la totalité de leurs communes sont des communes néo-rurales. Pour Nguyên Minh Tiên, le chef du bureau national de coordination de la nouvelle ruralité, il y a bien sûr de quoi se réjouir… 

"Le moins que l’on puisse dire, c’est que pour cette première décennie, les résultats sont remarquables", se félicite-t-il. "Ce qui me frappe, c’est qu’entre 2016 et 2018, l’accent a été mis sur le développement de la production, l’élévation des revenus, le respect de l’environnement, mais aussi sur la vie culturelle de la population, ce qui me paraît très important".

En milieu rural, des infrastructures sont modernisés.
Photo : Viêt Hoàng/VNA/CVN

Pour qui connaît bien nos campagnes, il y a vraiment l’avant et l’après Nouvelle ruralité. Mais les changements ne sont pas qu’infrastructurels : on assiste aussi à une véritable prise de conscience collective, comme le fait très justement remarquer Luu Duc Khai, un responsable de l'Institut national d'études sur la gestion économique.

"Maintenant, les habitants des zones rurales s’intéressent davantage au développement communautaire, remarque-t-il. Témoins les très nombreux agriculteurs qui ont accepté de céder des terrains dans le cadre de la Nouvelle ruralité".

Les chiffres parlent d’eux-mêmes… En milieu rural, le revenu par tête a été multiplié par 3,5 en l’espace de dix ans : dix ans qui dans bien des cas auront suffi à faire du train du progrès un train à grande vitesse…

Reste à pérenniser les acquis. Comme l’annoncé Nguyên Xuân Cuong, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, des mesures devraient bientôt être prises pour faire en sorte que ce développement, parfois fulgurant, soit également durable.

"L’idée, c’est de créer une sorte d’écosystème, avec des institutions et des mécanismes de financement qui permettront la poursuite du programme", nous explique-t-il. "Mais ce qui compte avant tout, c’est que tout le système politique, toutes les composantes économiques, et surtout la population dans son ensemble, soient impliqués".

Les résultats sont là, donc, et ils sont globalement satisfaisants. Le défi, maintenant, pour toutes ces communes néo-rurales, va être de ne pas s’endormir sur leurs lauriers… "Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, il va filer", nous avertit le poème.

VOV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
“Mémoires de Hôi An”, retour sur les origines

Têt : branle-bas de combat au village de fleurs de Sa Déc À l’approche du Têt traditionnel, le village des fleurs de Sa Déc, province de Dông Thap (Sud), entre dans une période très affairée. Les quelque 2.000 foyers producteurs mettent les bouchées doubles pour répondre aux nombreuses commandes.