07/06/2021 09:50
Une toile de Claude Monet (1840-1926) intitulée Dieppe, mise en vente aux enchères dimanche 6 juin à un million d'euros à Montbazon (Indre-et-Loire), a été retirée de la vente, faute d’acquéreur.
>>Un tableau de Picasso vendu 103 millions d'USD à New York
>>Les peintres noirs prisés comme jamais sur le marché de l'art
>>Un rare Botticelli vendu 92,2 millions d'USD aux enchères

Aymeric Rouillac près de "Dieppe", tableau de Claude Monet, le 6 juin à Montbazon. Photo : AFP/VNA/CVN

La toile de 74 cm sur 60, peinte en février 1882 par l'artiste lors d'un séjour en Normandie, représente l'entrée de la ville de Dieppe.

Quelques minutes après le lancement de l'enchère dans le cadre du chateau d'Artigny, les commissaires-priseurs Philippe et Aymeric Rouillac ont annoncé à l'assistance que, personne ne s'étant manifesté, l’œuvre, propriété d'un collectionneur japonais, était retirée de la vente, a constaté un correspondant de l'AFP.

"C’est un tableau que Claude Monet a gardé jusqu’à sa mort, ce pourquoi il n’est pas signé", a expliqué Philippe Rouillac. "Un artiste signe quand il vend. Nous avons un dossier blindé quant à son authentification. Il s’agit d’un Monet, il n’y a pas l’ombre d’un doute", a-t-il ajouté.

Pour les commissaires-priseurs, le tableau n'a pas reçu l'accueil attendu en raison de "la pandémie" qui "a empêché les acquéreurs anglais, américains et chinois de venir le voir. On n’achète pas un tableau à un million d’euros sur une photo", a analysé Philippe Rouillac.

"C’est une déception. Le musée de Dieppe rêve de cette toile. Nous allons essayer de l’aider à réunir les moyens nécessaires pour qu’il en fasse l’acquisition s’il le souhaite", a précisé, lors d’une conférence de presse, Aymeric Rouillac.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.