21/01/2018 15:49
Le vice-président américain Mike Pence est arrivé samedi soir 20 janvier en Jordanie après une visite en Égypte lors de son premier déplacement au Proche-Orient, une tournée après la décision controversée de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.
>>Jérusalem : la Ligue arabe appelle Washington à annuler sa décision
>>Décision Trump sur Jérusalem : colère palestinienne, riposte israélienne à des roquettes

Le vice-président américain Mike Pence (gauche) rencontre le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi au palais présidentiel au Caire le 20 janvier.
Photo : AFP/VNA/CVN

Initialement prévu fin décembre, ce déplacement avait été repoussé après la décision unilatérale du président Trump sur Jérusalem, un choix qui a rompu avec des décennies de diplomatie américaine et avec le consensus de la communauté internationale sur cette question épineuse du conflit israélo-palestinien.

Cette fois, malgré la persistance des crispations doublée d'un contexte politique explosif aux États-Unis, la tournée, qui comprend également Israël, a été maintenue.

M. Pence est arrivé en soirée à Amman où il doit rencontrer dimanche 21 janvier le roi Abdallah II.

Le vice-président s'est rendu plus tôt samedi 20 janvier en Égypte où il a rencontré le président Abdel Fattah al-Sissi, à qui il a souligné le "partenariat stratégique" entre les deux alliés, selon un communiqué de son bureau.

Lors d'une conférence de presse conjointe, les deux dirigeants n'ont cependant pas voulu répondre aux questions pressantes des journalistes qui voulaient savoir s'ils avaient parlé de la décision américaine de reconnaître Jérusalem et du gel de fonds américains à l'agence de l'ONU pour les réfugiés de Palestine (UNRWA).

Le président Sissi a affirmé lors de la rencontre "son soutien au droit du peuple palestinien à établir un État indépendant avec pour capitale Jérusalem-Est", a indiqué de son côté la présidence égyptienne dans un communiqué.

La visite de M. Pence au Caire survient au lendemain de l'annonce par M. Sissi, un allié des États-Unis qui dirige l'Égypte d'une main de fer, de son intention de briguer un nouveau mandat en mars 2018. M. Sissi avait destitué en 2013 le président islamiste Mohamed Morsi démocratiquement élu.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Deux ophtalmologues suisses en mission bénévole à Hanoï

Dà Nang: festival de feux d’artifice 2019 Le Festival de feux d’artifice de Dà Nang (DIFF) 2019 aura lieu du 1er juin au 6 juillet 2019, avec la participation des équipes venant du Vietnam, de Russie, du Brésil, de Belgique, de Finlande, d’Italie, du Royaume-Uni et de Chine.