29/06/2018 10:01
L'Italie a fait monter la pression jeudi soir 28 juin sur ses partenaires européens en bloquant l'adoption de premières conclusions d'un sommet sous tension à Bruxelles, pour obtenir des engagements concrets de solidarité dans la gestion de la question migratoire.

>>Migrants: Macron rencontre le pape et joue l'apaisement avec Rome
>>Migrants: deux semaines de tension grandissante en Europe
>>Migrations: Paris et Berlin appellent à avancer sans attendre de consensus à 28

 

Le chef du gouvernement populiste italien, Giuseppe Conte, le 28 juin à Bruxelles. Photo: AFP/VNA/CVN


Le chef du gouvernement populiste italien, Giuseppe Conte, a refusé d'approuver une première salve de conclusions, portant notamment sur la défense et le commerce, avant même que ne commence le débat sur les migrations entre les dirigeants des 28 à l'heure du dîner, toujours en cours après minuit (22h00 GMT).

"Rien n'est approuvé tant que tout n'est pas approuvé", a justifié une source gouvernementale italienne pour expliquer ce coup de théâtre, qui a conduit les présidents de la Commission et du Conseil européens à reporter à vendredi 29 juin la conférence de presse prévue jeudi soir 28 juin à mi-parcours du sommet.

"Nous attendons des actes", avait d'emblée déclaré à son arrivée à Bruxelles M. Conte, qui reproche à ses voisins de laisser l'Italie gérer seule les arrivées de migrants.

"Ça a été une discussion très virulente et tout le monde est tombé sur l'Italien" quand il a refusé d'approuver les premières conclusions du sommet, qui nécessitent une unanimité, a expliqué une source européenne.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Deux ophtalmologues suisses en mission bénévole à Hanoï

Hanoï se tourne vers un tourisme L’Association du tourisme de Hanoï s’emploie à promouvoir un environnement sans fumée de tabac dans les restaurants, les hôtels et les lieux touristiques de la capitale.