30/06/2018 14:42
Les agences humanitaires des Nations unies ont salué un accord sur les migrations conclu par les dirigeants de l'Union européenne (UE), qui demande à davantage d'États membres de prendre en charge les personnes qui ont besoin de protection, dans un contexte de durcissement des politiques d’accueil des migrants depuis 2015.
>>Accord au forceps des Européens sur les migrations, l'Italie ne se sent "plus seule"
>>Migrations: l'Italie bloque un sommet européen pour obtenir des "actes"
>>Plus d'un million de réfugiés auront besoin d'être réinstallées en 2019

Des membres des ONGs SOS Méditérranée et MSF lors d'un exercice de sauvetage à proximité de l'Aquarius, le 23 juin 2018.
Photo: AFP/VNA/CVN

Dans une déclaration conjointe, l'Agence des Nations unies pour les migrations (OIM) et l'Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) ont déclaré que même si les détails de l'accord doivent être examinés, elles sont "prêtes à soutenir une approche commune".

Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) a toutefois estimé que davantage de détails étaient nécessaires concernant la détention des mineurs et le traitement des demandes d'asile pour les jeunes.

S'exprimant à Genève, un porte-parole du HCR, Charlie Haley, a fait remarquer que cet accord intervient à un moment où plus de 1.000 personnes sont mortes en tentant de traverser la Méditerranée vers l'Europe pour la cinquième année consécutive.

M. Haley a noté la "responsabilité disproportionnée" qui pèse sur quelques États confrontés à cette crise migratoire de longue date, ce qui a conduit au refus d'accorder à des bateaux la possibilité de débarquer des centaines de personnes secourues en mer.

Ce qui est nécessaire, a ajouté le porte-parole du HCR, est "une approche unifiée qui s'éloigne de certaines des actions les plus récentes où les États cherchent unilatéralement à durcir ou à renforcer les frontières ou à restreindre l'accès à l'espace d'asile".

Une partie cruciale de l'accord de l'UE implique la création de "points de débarquement régionaux" et de "centres de débarquement" supplémentaires pour les nouveaux arrivants.

Le porte-parole de l'OIM, Leonard Doyle, a déclaré que "la majorité" de ces centres de débarquement "devraient être en Europe", bien que ceux-ci pourraient être "potentiellement ailleurs".

"Nous ne parlons pas de centres de traitement externes", a ajouté M. Doyle, notant un "accord spécifique pour partager la responsabilité et pas seulement dans les États en première ligne: Espagne, Italie, Chypre, Grèce, etc." 

Avant l'accord de l'UE, l’UNICEF a estimé qu'un "mécanisme européen de débarquement bien géré et prévisible pourrait sauver la vie des enfants", en plus d'accélérer les procédures d'asile et d'améliorer l'accès à l'aide judiciaire.

Environ 40.000 réfugiés et migrants sont arrivés en Europe via des routes maritimes jusqu'à présent cette année, selon l'OIM.
 
Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Un portail d’information sur le tourisme de Hanoï voit le jour Un portail d’information du Service du tourisme de Hanoï a récemment vu le jour avec une forme moderne comme un réseau social. Sa création vise à s’orienter vers un tourisme intelligent dans l’avenir.