30/06/2018 15:53
Trois bébés sont morts et une centaine de personnes sont portées disparues, dont des femmes et des enfants, lors d'un naufrage vendredi 29 juin au large des côtes libyennes, dans un nouveau drame de l'immigration clandestine.
>>Migrations: les agences de l’ONU prêtes à soutenir une approche commune
>>Accord au forceps des Européens sur les migrations, l'Italie ne se sent "plus seule"
>>Migrants: deux semaines de tension grandissante en Europe

Des membres de la sécurité libyenne portent le corps d'un bébé dans la ville d'al-Hmidiya, après le naufrage d'une embarcation de migrants, le 29 juin 2018.
Photo: AFP/VNA/CVN

Seuls les corps de trois bébés ont pu être repêchés. D'autres corps qui flottaient sur le lieu du naufrage n'ont pu être récupérés, "faute de moyens", a déploré un garde-côté libyen.

Quelque 120 migrants, en majorité africains, étaient à bord d'un canot pneumatique au moment du drame survenu à six kilomètres des côtes libyennes, ont indiqué des rescapés emmenés dans la région d'Al-Hmidiya, à 25 km à l'est de la capitale libyenne Tripoli.

Au total, 16 migrants ont été secourus et sont tous de jeunes hommes, notamment du Yémen, de Gambie, de Zambie et du Soudan. Ils sont arrivés à bord d'un zodiaque des gardes-côtes, avec les corps des trois bébés qui ont été portés sur les bras, avant d'être mis dans des sacs mortuaires blancs puis mis dans une ambulance.

Les rescapés semblaient sonnés mais en bonne santé. Ils ont reçu des rations alimentaires distribués par des organisations humanitaires, avant d'être transférés dans un centre de rétention pour migrants.

Leur embarcation avait quitté avant l'aube la ville côtière libyenne de Garaboulli, à quelque 50 km à l'est de Tripoli, devenue depuis quelques mois le principal point de départ principal des migrants depuis les côtes libyennes, ont raconté des rescapés.

Quelques heures plus tard, une explosion s'est produite à bord du canot et le moteur a pris feu.

L'embarcation a commencé à prendre l'eau et les migrants ont tenté de s'agripper à une partie de l'embarcation ou à des bidons de carburant tombés à l'eau.

Selon les gardes-côtes, ils ont été aperçus par des pêcheurs qui ont alerté la marine.

"Horrible"

Des rescapés du naufrage d'une embarcation de migrants au large de la Libye arrivent dans la ville côtière libyenne d'al-Hmidiya, le 29 juin 2018.
Photo: AFP/VNA/CVN

"Quand j'ai vu le nombre de personnes sur l'embarcation, j'ai refusé de monter parce qu'on nous a dit que nous allons être 20", a affirmé Amri Swileh, l'un des rescapés.

Ce Yéménite de 26 ans a dit avoir été agressé par les passeurs qui l'ont "obligé à monter à bord" du canot pneumatique, en montrant des hématomes sur les bras.

"J'ai perdu tous mes amis yéménites qui étaient avec moi. Ils ont disparu tous les cinq", s'est-il lamenté.

Selon lui, de nombreuses familles marocaines étaient à bord. Aucune n'a pu être sauvée. Parmi les disparus figurent aussi deux bébés et trois enfants de 4 à 12 ans, ainsi que 10 à 15 femmes.

Salem al-Qadhi, le capitaine du bateau des gardes-côtes qui a secouru les migrants s'est dit "choqué". "C'était horrible à voir".

Le porte-parole de la marine, le général Ayoub Kacem, a indiqué, qu'en plus des 16 rescapés, 345 autres migrants, à bord de trois embarcations, avaient été sauvés dans la même zone, toujours au large de Garaboulli.

La Libye est un pays de destination et de transit vers les côtes européennes pour des milliers de migrants africains.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Le festival d'automne de Bat Xat 2018 débute à Lào Cai Le deuxième festival d’automne de Bat Xat s’est ouvert dimanche 19 août dans la commune de Muong Hum, district de Bat Xat, province septentrionale de Lào Cai.