19/04/2021 16:38
Au delà du drame humanitaire, le flux ininterrompu de migrants qui traversent le Mexique pour gagner les États-Unis met en lumière un trafic d'êtres humains qui génère des milliards d'USD.

>>Les flux de migrants à la frontière sud des États-Unis inédits depuis 2006
 

Prières dans une rue proche d'un abri pour migrants au passage d'El Chaparral, près de Tijuana, au Nord du Mexique, le 14 avril. 
Photo : AFP/VNA/CVN


Le flux ininterrompu de migrants arrivent à pieds pour certains, en camions ou en train pour d'autres, après avoir échappé à de multiples embûches sur leur longue route.

Des rapports des Nations unies font état de centaines de milliers de personnes qui franchissent illégalement la frontière longue de 3.200 km entre le Mexique et son voisin américain.

Un "commerce" juteux puisque les revenus annuels engrangés par ceux que l'on surnomme les "coyotes" se chiffrent à quelque 4,2 milliards d'USD, selon des données de l'ONU réunies en 2018. En 2010, l'organisation estimait cette activité à 6,6 milliards d'USD.

Dans cette région, cette activité lucrative est assujettie au contrôle total des puissantes organisations de trafic de drogue, même si celui que l'on nomme "enganchador", le premier maillon de la chaîne de migration, est souvent un simple voisin, dans un village reculé d'Amérique centrale.

Très pauvre, Juan Macías, un Hondurien de 35 ans, a du verser 7.000 USD en mars à l'un de ces réseaux, une somme qu'il a pu réunir en empruntant à la famille et à des proches.

"Tout passe par des organisations qui contactent des guides. Et puis, à la frontière, ce sont les cartels qui apparaissent", explique Juan à l'AFP, à l'abri dans un refuge de Ciudad Juarez au Mexique depuis qu'il a été refoulé hors des 
États-Unis.

Dans son groupe figurent une trentaine d'autres migrants. Pendant leur périple, ils sont passés entre les mains de huit personnes qui leur remettaient un code d'identification.

"Ils ne disent rien d'autre que +voici le code ... Suivez-moi+", raconte Juan, qui croule sous les dettes.

Des espoirs douchés par Biden

Mais Juan et ses compagnons d'infortune se refusent à baisser les bras. L'espoir de traverser la frontière par tous les moyens, y compris avec une échelle, reste vivace.

 

Des migrants d'Amérique centrale marchent le long d'une voie de chemin de fer dans l'espoir de sauter dans un train vers les États-Unis, le 9 avril à Apizaco, dans l'État de Tlaxcala.
Photo : AFP/VNA/CVN


Même s'il vient d'être douché par le président américain Joe Biden qui a annoncé le retard de son projet d'augmenter le nombre de réfugiés admis aux États-Unis.

De fait, Biden a décidé de conserver le plafond historiquement bas de son prédecesseur Donald Trump, suscitant un tollé inédit chez les démocrates.

Les passeurs avaient trouvé dans le discours de Joe Biden dès son arrivée à la Maison Blanche, "un prétexte à faire entrer davantage de personnes", notamment des femmes et des enfants, déclare Oscar Hernandez, un expert du Northern Border College.

Le nombre de mineurs non accompagnés a ainsi doublé pour atteindre près de 19.000 le mois dernier.

Selon des statistiques publiées le 8 avril aux 
États-Unis, plus de 172.000 personnes ont été appréhendées en mars par les gardes-frontières américains entre le Mexique et les États-Unis, soit 71% de plus qu'en février, un record en 15 ans.

À l'origine, entre 1942 et 1964, ce trafic était contrôlé par des Mexicains qui aidaient les migrants à aller travailler aux États-Unis par des chemins de traverse illégaux.

Mais au fil des ans, ceux-ci ont été remplacés par des organisations criminelles spécialisées qui ont mis en place "toute une chaîne allant de l'Amérique centrale aux États-Unis", explique Oscar Hernandez.

"L'offre et la demande" 

Au cours de ce long et tortueux voyage, les migrants, véritables marchandises vivantes, sont "marqués" avec des bracelets de couleur portant leur nom et des inscriptions telles que "livraisons" ou "arrivées", selon l'ONU.

Osmerin Sarmiento, une Hondurienne de 24 ans et sa fille d'un an ont reçu un de ces bracelets, violet pour "voyage spécial".

"Ils vous les mettent sur vous avant d'arriver à la rivière et après votre passage, vous devez les enlever vous-même", ajoute-t-elle dans un refuge de Ciudad Juárez.

Arrivée à Reynosa, Osmerin a finalement été expulsée le 12 avril avec 156 autres mères et leurs enfants.

Les narcos ont pris en main le trafic des migrants en 2009, en pleine opération militaire anti-drogue lancée par le président mexicain Felipe Calderón (2006-2012).

"C'est un commerce et, en tant que tel, il fonctionne sur la base de l'offre et de la demande", explique Javier Urbano, universitaire à l'Université ibéro-américaine.

Les gangs dépouillent les migrants, se livrent à des extorsions ou les contraignent à travailler pour eux.

"Nous avons répertorié aussi des cas extrêmes de meurtres", ajoute l'universitaire.

En 2010, 72 migrants ont été massacrés à San Fernando (Tamaulipas, est) apparemment pour avoir refusé de servir le gang sanguinaire Los Zetas, tandis que 16 Guatémaltèques et trois Mexicains ont été tués dans le même État en janvier dernier.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Un ingénieur passionné de lego

Un hôtel à Phu Yên parmi les meilleurs au monde Le magazine de voyage américain Travel and Leisure a nommé l’hôtel Zannier Bai San Hô, dans la province de Phu Yên, parmi les 73 meilleurs hôtels du monde en 2021. C'était le seul hôtel vietnamien à faire partie de cette liste compilée par les rédacteurs dudit magazine.