22/06/2014 16:52
La province de Gia Lai, sur les hauts plateaux du Centre, compte 314 ouvrages hydrauliques permettant d’irriguer 50.000 ha de cultures. Mais la plupart sont anciens et nécessitent des investissements.

>>Une irrigation importante pour une agriculture performante

Selon Kpa Thuyên, directeur du Service de l’agriculture et du développement rural de Gia Lai, «les ouvrages hydrauliques de la province contribuent non seulement à irriguer les rizières à la saison hiver-printemps, les cultures de plantes industrielles mais aussi à augmenter les surfaces de cultures intensives, à améliorer l’environnement écologique ou encore à limiter les crues et autres phénomènes naturels catastrophiques».

Certains grands ouvrages hydrauliques comme les lacs-réservoirs d’Ayun ha, Chu prông, Biên Hô sont exploitées à des fins hydroélectrique, touristique et aquacole. Grâce aux ouvrages hydrauliques, les ethnies minoritaires de régions reculées ont pu élargir leurs surfaces de caféiers ou poivriers, et ainsi améliorer notablement leurs conditions de vie.

Le lac-réservoir Nghia Hung, dans la province de Gia Lai. Photo : Si Huynh/VNA/CVN


Le fonctionnement des lacs-réservoirs de moyenne et grande tailles comme Ayun ha, Iaring, Chu Prông est bien réalisé. Gia Lai est en train de réviser et perfectionner le processus de fonctionnement d’autres lacs-réservoirs comme ceux de Biên Hô, Hoàng An, Ia H’rung, Hà Ra Bac, Ha Ra Nam. Point à souligner : sécurité des barrages est assurée. La province a élaboré un plan de réparation des ouvrages en mauvais état pour assurer la sécurité à la saison des typhons.

En outre, la province a déployé une batterie de mesures de lutte contre la pollution de ces réservoirs, notamment la plantation de «forêts de protection», les économies d’eau dans l’irrigation et une restructuration économique conforme à chaque région. Elle a publié aussi des règlements sur le rejet des eaux usées et investi dans la consolidation du réseau de canaux.

Une stratégie à long terme

Malgré tout, plusieurs ouvrages hydrauliques de Gia Lai ne sont pas exploités efficacement car trop anciens. Certains sont gravement dégradés, avec des impacts regrettables sur l’irrigation des cultures intensives, très gourmandes en eau comme chacun sait.

Face à cette situation, il faut accorder une priorité en termes de fonds à la construction de nouveaux ouvrages hydrauliques dans les régions reculées et peuplées d’ethnies minoritaires. Il est important aussi d’aménager les régions spécialisées dans un type de plante, de mobiliser des fonds pour la plantation et la protection des forêts en amont afin de limiter les crues.

Travaux de construction de l’ouvrage hydraulique d’Ia Mor, dans la province de Gia Lai.
Photo : GL/CVN


Gia Lai a aussi demandé aux ministères et services concernés de déployer dans les meilleurs délais les politiques de gestion, de protection des ouvrages hydrauliques afin de mieux les exploiter au service de la production et de la vie des habitants locaux.

La province compte sur le gouvernement pour augmenter le budget alloué à la restauration des anciens lacs-réservoirs, à la consolidation du réseau de canaux et à la construction d’ouvrages hydrauliques de moyenne et grande envergures à La Mor, la Thul, Lo, Tâu Dâu, La Ke, la Rtô...

Plan d’aménagement vers 2020

Afin de mieux faire face à la sécheresse dans les provinces du Tây Nguyên, le Comité de pilotage de cette région et le ministère de l’Agriculture et du Développement rural ont demandé aux localités et aux services concernés de dresser un plan d’aménagement et de développement des ouvrages hydraulique d’ici 2020.

Quatre régions ont été définies, selon les bassins versants. Les provinces du Tây Nguyên ont déterminé la priorité à l’eau, contribuant à réduire la pauvreté, la destruction des forêts pour la culture et à améliorer les conditions de vie des habitants d’ethnies minoritaires.

Selon le Comité de pilotage du Tây Nguyên, dans les années à venir, la région envisage de restaurer 756 ouvrages hydrauliques permettant d’irriguer 81.000 ha de cultures. En outre, 1.614 ouvrages seront construits au service de l’irrigation de plus de 308.000 ha.

En outre, les provinces en amont de la rivière Sê San et ses environs restaureront 200 ouvra-ges et en construiront 198 autres pour fournir de l’eau à plus de 39.000 ha.

Afin d’atteindre ces objectifs, les investissements devraient s’élever à 79.000 milliards de dôngs dont 80% provenant du budget d’État. Les provinces du Tây Nguyên sont déterminées de protéger les forêts, notamment celles situées en amont, afin de réduire au maximum l’érosion. Sans oublier le renforcement de la communication autour de la protection des forêts. À quoi s’ajoute le perfectionnement des politiques pour attirer diverses composantes économiques dans la construction, la gestion et l’exploitation des ouvrages hydrauliques.

Huong Linh/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Le Le tourisme humanitaire, aussi appelé "volontourisme", est une forme de voyage qui concilie mission humanitaire et tourisme. Il se développe au Vietnam, notamment dans les localités montagneuses du Nord.