01/12/2017 19:49
Deux femmes accusées du meurtre, survenu le 13 février à Kuala Lumpur, en Malaisie, du ressortissant nord-coréen Kim Chol seront jugées en janvier 2018, a-t-on appris jeudi 30 novembre de source judiciaire.
>>Assassinat de Kim Chol : deux femmes plaident non coupable
>>L’ambassade du Vietnam assure la protection des droits et intérêts légitimes de Doàn Thi Huong

La Vietnamienne Doàn Thi Huong a comparu devant le tribunal, à chaque fois sous bonne escorte. Photo : AFP/VNA/CVN

La Vietnamienne Doàn Thi Huong, âgée de 28 ans, et l’Indonésienne Siti Aisyah, âgée de 25 ans, sont accusées d’avoir porté du VX, un agent neurotoxique puissant au visage de Kim Chol, à l’aéroport international de Kuala Lumpur, où il attendait un avion pour Macao.

La victime avait ensuite été conduite à la clinique de l’aéroport avant de succomber pendant son transfert à l’hôpital.

Les deux femmes, interpellées peu après les faits, ont nié les accusations pour lesquelles elles risquent la peine de mort. Elles ont affirmé avoir été trompées, croyant prendre part à un vidéo gag.

À l’ouverture de leur procès dans la banlieue de Kuala Lumpur, le 2 octobre, les deux accusées, qui se sont exprimées par l’intermédiaire de leurs interprètes, ont plaidé non coupable. 

Doàn Thi Huong a assuré que le but de son voyage en Malaisie était de participer à une émission de télévision du style "caméra cachée", ce que le policier qui l’a interrogée juste après son arrestation a confirmé au cours du procès, le 30 novembre.

Selon Maridam, l’interprète de Doàn Thi Huong, la Haute Cour de Shah Alam reprendra ce procès en deux temps, du 22 au 24 janvier et du 29 au 30 janvier 2018, et annoncera la date des comparutions suivantes.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.