09/07/2020 11:03
La chancelière allemande Angela Merkel a appelé mercredi 8 juillet les États membres de l'Union européenne (UE) à s'unir pour approuver le plan de relance, afin d'aider l'Europe à faire face à la crise économique actuelle déclenchée par la pandémie de coronavirus.
La chancelière allemande Angela Merkel.
Photo : AFP/VNA/CVN
"La première priorité de la présidence allemande pour l'Europe est de sortir de la crise unie et renforcée", a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel dans un discours prononcé devant les législateurs du Parlement européen.

C'était  son premier voyage à l'étranger depuis le début de la pandémie. L'Allemagne assume la présidence semestrielle du Conseil de l'UE depuis le 1
er juillet.

"
Au cours des prochains mois, il est essentiel d'essayer de contenir la pandémie et d'en surmonter les conséquences. Il s'agit de conséquences sanitaires, sociales et économiques", a déclaré Mme Merkel, qui a présenté le plan de l'Allemagne pour sa présidence de l'UE aux législateurs européens.

Elle a appelé à la solidarité et à l'unité au sein de l'UE et a cherché à obtenir un soutien pour le plan de relance économique de plusieurs milliards d'euros destiné à lutter contre le coronavirus et ses conséquences économiques.

Confrontés à un ralentissement économique sans précédent, Mme Merkel et le président français Emmanuel Macron ont proposé en mai un plan de relance de 500 milliards d'euros (566 milliards de dollars américains), afin d'aider les pays à se remettre sur pied.

La Commission européenne a ensuite proposé un plan de 750 milliards d'euros, dont 500 milliards d'euros de subventions et 250 milliards d'euros de prêts. Cependant, le Danemark, les Pays-Bas, la Suède et l'Autriche s'opposent à ce plan, critiquant l'argent distribué sous forme de subventions. Le Conseil européen convoquera un sommet spécial dans le courant du mois pour tenter de parvenir à un accord.

"Notre objectif commun est de parvenir à un consensus le plus rapidement possible... J'espère vraiment que nous pourrons parvenir à un accord cet été. Cela nécessite encore beaucoup de volonté de compromis de la part de toutes les parties", a déclaré Mme Merkel. Elle a déclaré que l'Allemagne continuerait à faire pression pour un nouvel accord de partenariat avec la Grande-Bretagne, mais que l'UE doit se préparer à une rupture sans accord à partir de 2021.

"Nous sommes convenus avec la Grande-Bretagne d'accélérer le rythme des négociations... Je continuerai à faire pression pour une bonne solution, mais nous devons également nous préparer à une éventuelle situation de "no-deal"", a dit Mme Merkel.
 
APS/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les maquereaux séchés, la fierté de Dô Son

Hô Chi Minh-Ville promeut le tourisme médical L’offre médicale et de bien-être est prise en haute considération dans les stratégies de développement du tourisme de la mégapole du Sud. Le nombre de visiteurs profitant d’un voyage pour se faire soigner en ville ne cesse de croître.